Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Au bout de la nuit

Bruno Bouzounie

Bruno Bouzounie

L’histoire :

 

Avril 1992. Les membres inférieurs d'un corps sont retrouvés dans le centre-ville de Bordeaux.

 

Le seul signalement auquel la police peut se référer est celui d'un homme à la stature hors du commun. Sur fond de rite païen et de légende arthurienne, un jeune lieutenant de police, Damien Sarde, qui vient d'intégrer la PJ, plonge au cœur de sa première enquête.

 

Le criminel va restituer au fil des jours les morceaux du cadavre inconnu, autant de pièces macabres au service d'un puzzle machiavélique.

 

Avec l'aide d'une jeune universitaire québécoise, Damien Sarde découvre peu à peu le rapport entre le meurtre et son passé. Un passé qui en refaisant surface va se transformer en cauchemar...

 

Mon avis :

 

Avant de donner mon humble avis sur ce roman, je tiens à remercier Bruno Bouzounie qui m’a donné l’occasion de découvrir son univers littéraire en lisant son livre.

 

Nous sommes en présence d’un très bon thriller français, dans la plus pure tradition française, dans la lignée des Grangé et Bussi. Une sombre histoire de vengeance qui va vous prendre aux tripes et ne plus vous lâcher jusqu’à la fin.

 

21 avril 1978, de nuit. Deux hommes enterrent deux sacs dans le sol d’une maison abandonnée et s’en vont.

 

6 avril 1992, Damien Sarde, lieutenant de police, est appelé sur les lieux d’une scène de crime et se retrouve confronté à la découverte d’une jambe humaine. C’est le début d’un casse-tête grandeur nature, quand d’autres parties de corps humain sont découverts dans les jours qui suivent.

 

Le plus surprenant demeure dans les objets retrouvés à côté des morceaux de corps. C’est l’un de ces objets, un texte écrit en vieux français, qui amène Damien et ses collègues à faire la connaissance de Sylvie Tremblay, universitaire québécoise, qui va les aider à comprendre l’énigme qui se déroule sous leurs yeux. Car oui, il semblerait que notre tueur ait un faible pour les légendes arthuriennes...

 

En parallèle, nous faisons la connaissance d’une jeune femme énigmatique et dangereuse, Morgane, dont nous suivons l’histoire, qui se déroule les semaines précédant la découverte du premier morceau de corps.

 

Qui est-elle ? Quel est son lien avec toute cette histoire ? Et pourquoi Damien semble être la cible de ce tueur fou ? Son passé surgit mais pour quelle raison et quelle sera l’issue ?

 

Ça fait beaucoup de bien de lire un bon thriller français, bien de chez nous, avec une intrigue aussi palpitante et qui tient en haleine le lecteur. Il faut bien suivre les différentes histoires qui se déroulent et comprendre la logique temporelle mais, une fois dans le bain, la lecture se déroule d’une traite.

 

Le personnage de Damien est très intéressant. Quand nous faisons sa connaissance, on comprend qu’il est loin d’être heureux dans sa vie. Sa sœur aînée est décédée des années auparavant. Sa compagne est partie en Nouvelle-Calédonie pour un poste et il ne vit plus vraiment. Il survit plutôt.

 

L’arrivée de cette affaire hors du commun dans sa vie le chamboule plus qu’il ne peut s’en douter. Quand son passé se rappelle à lui, Damien est perdu mais il va s’accrocher. Ce personnage me fait penser à certains que j’ai pu côtoyer dans des romans de Michel Bussi, jeune, battant mais écorché par la vie.

 

J’ai beaucoup aimé le personnage du Commandant Balland, le supérieur de Damien. Très intelligent, bon flic et loin d’être borné, il sera un soutien de taille pour notre héros. Il complète parfaitement le reste de l’équipe. Les dialogues sont très bien écrits, sans lourdeur ni ajouts inutiles, avec beaucoup de justesse.

 

Les descriptions de Bordeaux sont d’un tel réalisme que je me suis parfaitement représentée la ville et j’avais l’impression d’y être, aux côtés de Damien Sarde. Elles sont distillées avec précision.

 

Les références historiques aux légendes arthuriennes et le parallèle fait entre l’histoire et le but poursuivi par le tueur m’ont fait penser aux romans de Jean-Christophe Grangé, dont j’ai ressenti une certaine influence. Que ce soit avec Les rivières pourpres  ou le Miserere, j’ai retrouvé cette même ambiance mystique qui entoure l’enquête criminelle.

 

L’auteur a réussi à créer un très bon thriller, sur fond de mysticisme, teinté d’histoire ancienne, tout en restant crédible, ce qui est très positif. Enfin, je peux vous dire que je ne m’attendais pas du tout à cette fin et que j’en ai été scotchée dans mon canapé.

 

Si toi aussi, ô ami lecteur, tu aimes les bons thrillers avec une intrigue construite avec minutie, qui mêle le passé au présent, avec un soupçon de mysticisme, le tout porté par une plume très agréable à lire et talentueuse, ce roman est fait pour toi.

 

Marjorie