Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Raison et sentiments

Jane Austen

Jane Austen

L’histoire :

 

Injustement privées de leur héritage, Elinor et Marianne Dashwood sont contraintes de quitter le Sussex pour le Devonshire, où elles sont rapidement acceptées par la bourgeoisie locale étriquée et à l'hypocrisie feutrée.

 

L'aînée, Elinor, a dû renoncer à un amour qui semblait partagé, tandis que Marianne s'éprend bien vite du séduisant Willoughby. Si Elinor, qui représente la raison, dissimule ses peines de cœur, sa cadette étale son bonheur au grand jour, incapable de masquer ses sentiments.

 

Jusqu'au jour où Willoughby disparaît...

 

 

Mon avis :

 

Suite de ma plongée dans l’univers fascinant de Jane Austen, après avoir dévoré Orgueil et Préjugés, je me suis lancée dans la lecture de son premier roman, Raison et sentiments. Dans un style un peu différent, ce roman fut publié en 1811 de façon anonyme et rencontra un vif succès, toujours d’actualité d’ailleurs.

 

Mettant en scène les sœurs Dashwood, ce roman traite de l’impossibilité pour les femmes de la famille d’hériter du domaine de leur père à son décès et de leur obligation de quitter les lieux quand leur demi-frère vient s’y installer avec son épouse.

 

Se retrouvant à la rue, elles doivent leur salut à un cousin de leur mère qui leur offre l’asile sur ses terres. Va commencer pour la famille une nouvelle vie loin de ce qui fut leur foyer.

 

Comme toujours, Jane Austen décortique les mœurs de son époque et met en avant des héroïnes au caractère bien trempé. Nous avons d’un côté Elinor, l’aînée, calme et réfléchie, qui épaule sa mère et surveille ses sœurs.

 

A l’inverse de Marianne, qui est pleine de fougue et fait penser à un volcan constamment en éruption. Sa jeunesse entraînera des désagréments multiples quand elle fera la connaissance de Willoughby d’ailleurs.

 

L’histoire pensée par l’auteure est beaucoup plus sombre que pour Orgueil et Préjugés même si le sujet abordé reste le même : l’impossibilité pour les femmes anglaises d’hériter les biens de leur père.

 

L’obligation qui leur était faite de se marier pour pouvoir survivre, les poussant à ne pas avoir le choix quant à un mariage d’amour ou de raison. Jane Austen a elle-même dû le vivre et a eu la chance de pouvoir, non seulement refuser de se marier sans sentiment, mais également à pouvoir vivre la vie choisie par ses soins.

 

Ce qui plait dans l’écriture de Jane Austen, c’est qu’elle réussit à dénoncer un sujet aussi difficile, avec beaucoup de légèreté mais également avec précision et de finesse. Par la bouche de ses personnages, elle critique la société de l’époque et ses mœurs qui imposaient des vies non choisies.

 

Heureusement pour ses personnages, Jane Austen aime les happy end et, pour notre plus grand bonheur, nous finissons cette lecture avec un grand sourire aux lèvres.

 

Prochaine lecture de Jane Austen, Mansfield Park. Gros pavé, mais je sens que je vais me régaler.

 

Marjorie

Alice 05/04/2019 16:08

J'espère que tu aimeras Mansfield Park, il est un peu différent des autres.
Si je peux me permettre, les femmes pouvaient tout à fait hériter à cette époque, c'est juste très rare. Pour ne pas éparpiller fortune et biens, il était de coutume qu'un seul enfant hérite, l'aîné et/ou le fils s'il y en a un (on donnait rarement aux filles parce qu'en se mariant, c'est leur mari qui récupéré tous les biens). Dans Orgueil et Préjugés, il y a un "entail" sur la maison qui empêche effectivement les filles d'hériter mais il s'agit d'une disposition spécifique.