Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

La clinique du docteur H

La clinique du docteur H

Suite encore et toujours de mon cycle MHC avec La clinique du Docteur H. Très bon roman avec une histoire qui nous tient en haleine jusqu'à la fin et qui traite d'un sujet encore tabou de nos jours, l'aide à la procréation.

Katie deMaio est une jeune substitut du Procureur, veuve d'un Juge réputé, qui ne vit maintenant que pour son travail. Un soir, elle est victime d'un accident de la route, sans trop de gravité, mais qui découvre, aux termes d'examens médicaux, que son souci de santé féminin s'aggrave de plus en plus.

Il faut opérer, sans quoi cela deviendra de plus en plus risqué. Passant la nuit à l'hôpital, notre héroïne voit quelque chose sans s'en rendre compte.

Commence alors le jeu du chat et de la souris entre cette jeune femme et notre tueur de sang froid, le Docteur H.

Edgar Highley, médecin gynécologue réputé dans l'aide à la procréation, est un homme froid qui terrorise tout son personnel mais cache un lourd secret. Comment des femmes, qui ne devaient pas pouvoir mettre au monde un bébé, tombent subitement enceinte après l'avoir vu? Et comment explique t'on le nombre de femmes décédées pendant leur grossesse?

Que cache le docteur Highley?

Tant de questions qui trouveront les réponses au fil de notre lecture.

Une enquête passionnante sur un sujet encore tabou.

 

Marjorie

Voir les commentaires

L'affaire cendrillon

L'affaire cendrillon

L'affaire Cendrillon est le fruit de la première collaboration entre MHC et Alafair Burke. Nous y retrouvons l'héroïne du roman "Le Bleu de tes yeux", Laurie Moran et son adorable fiston Tommy, qui fut témoin du meurtre sordide de son père.

Laurie est productrice d'une émission de télé du style Cold Case et décide, après recherches, d'enquêter sur le meurtre de Susan, une jeune femme assassinée brutalement il y a 20 ans.

Son meurtrier n'a jamais été retrouvé.

Rouvrir un vieux dossier quand le meurtrier n'a jamais été condamné n'apporte pas que de bonnes choses et Laurie, ainsi que son équipe, vont en faire les frais.

Dans ce roman, qui se lit tout seul et nous rend addict, nous sommes entrainés dans une course poursuite pour trouver celui qui a lâchement ôté la vie à cette jeune fille si jeune.

Qui a tué Susan? Quels secrets sont bien gardés et menacent de remonter à la surface avec cette enquête?

Les auteurs mènent cette enquête avec brio. Jusqu'à la dernière minute, l'identité du tueur reste bien caché.

Marjorie

Voir les commentaires

LE PORTEFEUILLE ROUGE

LE PORTEFEUILLE ROUGE

Les doigts habiles de la relieuse du Gué viennent se poser sur un trésor, un exemplaire du Premier Folio de Shakespeare découvert par une consoeur à la personnalité ambiguë. Voilà un travail de restauration inédit pour Mathilde, d'autant qu'un trésor peut en cacher un autre, si l'on prend la peine de déchiffrer les traits de plume à l'encre passée. Et, si l'on tente de saisir au vol les personnes qui croisent notre chemin pour goûter leurs secrets, même les plus noirs, et parfois l'amour. Un duel ardent et tragique entre deux femmes aux mains d'or découvrant une face cachée de la vie de Shakespeare.

Livre passionnant, on découvre le métier de relieur-doreur, c'est un hymne à l'amour des livres. Deux femmes de même métier s'affrontent, on rencontre des personnages attachants comme Michel Billon qui construit des théâtres miniatures. Et puis Shakespeare qui à chaque page nous accompagne et que l'on découvre de façon différente. Lecture prenante jusqu'à la dernière page.

Voir les commentaires

TU TUERAS LE PERE

Sandrone Dazieri

Sandrone Dazieri

Le "Père" est là dehors, quelque part. La cage est désormais aussi le monde. Mais Dante est toujours prisonnier.

Non loin de Rome, un homme affolé tente d'arrêter les voitures. Son fils de huit ans a disparu, et le corps de sa femme gît, décapité, au fond d'une clairière.

Le commissaire Colomba Caselli ne croit pas à l'hypothèse du drame familial et fait appel à un expert en disparitions de personnes : Dante Torre.

Kidnappé enfant, il a grandi enfermé dans un silo à grains avant de parvenir à s'échapper. Pendant des années, son seul contact avec l'extérieur a été son mystérieux geôlier qu'il appelle "Le Père". Colomba va confronter Dante à son pire cauchemar : Dans cette affaire, il reconnait la signature de ce "Père" jamais identifié, jamais arrêté....

Avis de la mère:

Ce gros roman (666 pages) est passionnant, la rencontre entre Colomba et Dante personnages sérieusement abîmés par la vie, forment un duo d'enquêteurs envers et contre tout, pour découvrir la vérité, ils luttent et se retrouvent hors-la-loi, police et justice ne les croyant pas du tout. Il faut attendre les dernières pages et beaucoup de rebondissements pour découvrir la vérité. C'est une promenade dans la ville de Rome qui n'est pas celle des touristes, avec certains quartiers minés par la pauvreté.

Avis de la fille:

Ce livre a recueilli l'unanimité auprès de très nombreux lecteurs, et je n'en suis pas du tout surprise. Dès les premières pages, on a beaucoup de mal à quitter ce polar. A aucun moment, on ne ressent une lassitude à lire ou une envie d'arrêter. L'auteur a une plume incroyable et un talent incroyable. Quelle imagination pour cette histoire, qui nous tient en haleine jusqu'aux dernières pages.

Une histoire qui fait froid dans le dos mais qui ne scotche à nos sièges.

Voir les commentaires

La nuit du renard

La nuit du renard

Hello hello, suite de mon cycle MHC avec La nuit du renard, l'un des tous premiers romans de l'auteur.

La nuit du renard nous entraîne dans l'univers très particulier de la peine de mort aux Etats-Unis. Pour ou contre? Telle est la question.

L'histoire commence par un débat houleux entre nos deux protagonistes, Steve et Sharon, sur la peine de mort qui sera infligée d'ici peu à un jeune homme de 19 ans, Ronald, reconnu coupable du meurtre de Nina Peterson, jeune femme d'une trentaine d'années et femme de Steve.

Ce point de vue divergent risque de séparer nos amoureux, tant leurs avis sont contraires.

Mais la vie en décide autrement et Sharon est kidnappée, ainsi que Neil le fils de Steve.

Qui est ce Renard qui mène la danse des négociations? A-t-il un lien avec la mort de Nina?

Par ailleurs, nous apprenons que d'autres jeunes femmes sont décédées dans la même période que Nina.

Mais alors, se pourrait-il que Ronald soit innocent?

Une course contre la montre s'engage pour sauver, non pas deux personnes, mais peut-être bien 3.

Une course de longue haleine que nous offre MHC dans ce roman fascinant, qui ne nous laisse pas une seconde de répit.

Comme toujours, MHC maîtrise son sujet jusqu'au bout des ongles

Voir les commentaires

LE TRAIN DES ORPHELINS

LE TRAIN DES ORPHELINS

De l'Irlande des années 1920 à l'état du Maine (Etats Unis) des années 2000 en passant par les plaines du Midwest meurtries par la Grande Dépression, un roman lumineux, où se croisent les voix de deux orphelines pour peindre un épisode méconnu de l'histoire américaine.

Entre 1854 et 1929 des trains sillonnaient les plaines du Midwest avec à leur bord des centaines d'orphelins. Au bout du voyage la chance pour quelques-uns d'être accueillis dans une famille aimante, mais pour beaucoup d'autres une vie de labeur et de servitude.

Vivian Daly petite irlandaise rousse n'avait que neuf ans lorsqu'on l'a mise dans un de ces trains. Elle vit aujourd'hui ses vieux jours dans une bourgade tranquille du Maine, son lourd passé relégué dans de grandes malles au grenier. Jusqu'à l'arrivée de Mollie dix-sept ans métisse indienne au look gothique, sommée par le juge de faire en guise de travaux d'intérêt général, suite au vol d'un livre à la bibliothèque, le nettoyage et le rangement du grenier de Madame Daly. Et contre toute attente entre l'ado rebelle et la vieille dame de quatre-vingt-onze ans se noue une amitié improbable,

c'est qu'au fond, ces deux là ont beaucoup plus en commun qu'il n'y parait à commencer par une enfance dévastée. Livre intéressant et attachant, avec deux personnages qui traversent de rudes épreuves à des époques différentes. On y parle aussi des Indiens chassés de leurs terres, et du sort des Irlandais pauvres chassés par la misère dans leur pays.

L'auteur a mis en préface un hommage aux indiens Wanaki :

"Pour passer d'une rivière à une autre les indiens Wanaki devaient porter leurs canoës, ainsi que toutes leurs possessions. Tous étaient conscients de l'intérêt qu'il y avait à voyager léger et comprenaient que cela impliquait de laisser certaines choses derrière soi. Rien n'entravait plus la marche que la peur, fardeau dont il était cependant le plus difficile de se débarrasser".

Voir les commentaires

POUSSIERES D'EXIL

POUSSIERES D'EXIL

Espagne rurale, premières années du 20ème siècle, Léa Soler jeune femme dure et déterminée, se débat avec les siens dans la misère, quand la Grande Guerre vient lui apporter l'espoir d'une émancipation sociale, les vignes du Midi de la France manquent de bras.

Mais les années passent sans que l'exil lui apporte ce dont elle a rêvé. En 1936, elle arrive à convaincre son mari, ses fils et ses deux filles de retourner en Espagne. La famille Soler est précipitée dans l'enfer de la guerre civile. Une fois les hommes dévorés par le brasier, Léa et ses filles, Gloria et Soledad, demeurent prisonnières d'un pays que la victoire de Franco transforme en immense geôle. De nouveau la fuite à travers les Pyrénées et un second exil en France. Paris, début des années 50. Migrants et réfugiés s'entassent dans les taudis de la banlieue parisienne, Rebecca y grandit sous l'autorité de sa grand-mère Léa et de ses parents, Gloria et Diego. Elle ne va pas à l'école, pressentant un terrible secret, Rebecca étouffe et se rebelle, jusqu'au jour où Léa lui remet une vieille boîte à chaussures dont le contenu bouleversera sa vie.

Ce livre est un hommage au courage des femmes dans toutes les épreuves de misère, la guerre, et la mort. Un véritable hymne à la vie envers et contre tout. De très beaux portraits de femmes, même si le personnage de Léa semble si difficile et inflexible, ça vaut une lecture.

Voir les commentaires

La route étroite vers le nord lointain

La route étroite vers le nord lointain

En 1941; Dorrigo Evans, jeune officier médecin, vient à peine de tomber amoureux lorsque la guerre s'embrase et le précipite, avec son bataillon, en Orient puis dans l'enfer d'un camp de travail japonais, où les captifs sont affectés à la construction d'une ligne de chemin de fer en pleine jungle, entre le Siam et la Birmanie.

Maltraités par les gardes, affamés, exténués, malades, les prisonniers se raccrochent à ce qu'ils peuvent pour survivre, la camaraderie, l'humour, les souvenirs du pays.

Au coeur de ces ténèbres, c'est l'espoir de retrouver Amy, l'épouse de son oncle avec laquelle il vivait sa bouleversante passion avant de partir au front, qui permet à Dorrigo de subsister.

Cinquante ans plus tard, sollicité pour écrire la préface d'un ouvrage commémoratif, le vieil homme, devenu après guerre un héros national, convoque les spectres du passé.

Ceux de tous ces innocents morts pour rien, dont il entend honorer le courage.

Ceux des bourreaux, pénétrés de leur "devoir", guidés par leur empereur et par la spiritualité des "haïkus".

Celui d'Amy, amour absolu et indépassable, qui le hante toujours. La "Voie ferrée de la Mort", tragédie méconnue de la Seconde Guerre Mondiale, renaît sous nos yeux, par-delà le bien et le mal, dans sa grandeur dérisoire et sa violence implacable.

Roman puissant sur l'absurdité de la condition humaine, une méditation sur l'amour et la mort, un cri contre la précarité de la mémoire et l'inacceptable victoire de l'oubli.

Voir les commentaires

DEUX

DEUX

Deux femmes

Deux histoires

Laquelle croirez-vous ? Mona la marocaine ou Théodora l'anglaise.

Chacune dépend de l'autre mais très vite, va s'instaurer un rapport étrange, insidieux, violent.

Une lutte feutrée, tout en retenue et en non-dits qui ne peut que les mener au pire.

Duel silencieux, entre deux personnalités complexes et tortueuses, dans une jolie maison d'une banlieue près de Londres. Confrontation de deux mondes totalement opposés.

Voir les commentaires

LES PASSANTS DE LISBONNE

LES PASSANTS DE LISBONNE

On ne renonce jamais vraiment, on a besoin de croire que tout n'est pas perdu, on se rattache à un fil, même le plus tenu, même le plus fragile. On se répète que l'autre va finir par revenir. On l'attend. On se déteste d'attendre mais c'est moins pénible que l'abandon, que la résignation totale. Voilà : on attend quelqu'un qui ne reviendra probablement pas. Hélène a vu en direct à la télévision les images d'un tremblement de terre dévastateur dans une ville lointaine, son mari séjournait là-bas, à ce moment précis.

Mathieu, quant à lui a trouvé un jour dans un appartement vide une lettre de rupture.

Ces deux-là qui ne se connaissent pas, vont se rencontrer par hasard à Lisbonne, et se parler.

Une seule question les taraude : Comment affronter la disparition de l'être aimé ? et le manque ? Au fil de leurs déambulations dans cette ville mélancolique, dont la fameuse "Saudade" imprègne chacune des ruelles tortueuses, ne cherchent-ils pas à panser leurs blessures et à s'intéresser de nouveau aux vivants ?

Très beau livre, mélancolique, sur la solitude et la perte, comment vivre avec cette absence,

une belle promenade dans Lisbonne.

Voir les commentaires

1 2 > >>