Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Articles avec #benoit couzi catégorie

Comme des nains dans leurs mains

Benoît Couzi

Benoît Couzi

L’histoire :

 

On dit souvent qu’il suffit d’une minute pour changer une vie. Dans le cas de notre personnage principal, il aura suffi d’un petit trajet en voiture. Un simple petit trajet de quelques minutes et sa vie bascule.

 

En l’espace de quelques instants, un homme tout ce qu’il y a de banal, la cinquantaine, marié, père de grands enfants et chef d’entreprise, se retrouve en prison pour une simple erreur : il a conduit sans permis.

 

A compter de ce moment-là, il va tout simplement perdre le contrôle de sa vie et se retrouver dans les arcanes judiciaires.

 

Comment réussit-on à survivre à une telle épreuve ? Comment réussit-on à revivre après ?

 

Mon avis :

 

Benoît Couzi m’a fait l’honneur de me transmettre son premier roman et je tiens vivement à le remercier pour ce geste qui me va droit au cœur.

 

Pour écrire ce livre, Benoît Couzi s’est servi de sa propre expérience de visiteur de prison grâce à laquelle, pendant une période de plusieurs mois, il a pu rencontrer de près une quarantaine de détenus qui lui ont fait de leur expérience.

 

 

Il a pu côtoyer tout type de détenus, que ce soit de jeunes hommes, habitués à la prison, ou encore des hommes proches de notre personnage, qui se sont retrouvés en prison pour des délits du genre perte de permis.

 

 

Dès le début, nous sommes entraînés au côté de cet homme, Stéphane, qui a une vie toute rangée mais le malheur de perdre son permis à cause d’un excès de vitesse. Après avoir été prévenu par le Magistrat qu’il risquerait plus s’il conduisait sans permis, la vie l’a mis dans une telle situation qu’il se retrouve à devoir conduire.

 

Le sort s’acharne sur lui et le met sur la route du gendarme qui a procédé à son arrestation la dernière fois. On peut vraiment dire qu’il n’a pas de chance.

 

Sa longue descente aux enfers va commencer, malheureusement pour lui.

 

Ce livre m’a touchée au plus profond de mon être par sa justesse et son réalisme. Le destin de cet homme m’a émue. Nous allons le suivre pendant toute son incarcération, que ce soit son arrivée à la prison, son installation ou encore son transfert, le passant du statut de prévenu à celui de détenu, nous allons accompagner Stéphane et vivre à ses côtés.

 

Je le trouve étonnamment fort et solide, malgré l’image qu’il donne. Mais après tout, que peut-il faire d’autre ? Montrer sa faiblesse n’est pas vraiment pas la meilleure solution en prison.

 

L’auteur a choisi de nous montrer ce que devient un homme quand il se fait incarcérer, comment il perd son identité pour devenir un numéro et perd le peu d’humanité qu’il peut encore avoir pour ne devenir « qu’une bête ».

 

La prison change un homme, ce qui est normal quand on pense aux conditions dans lesquelles ils sont incarcérés. Il est dénoncé le fait qu’on ne cherche pas à mettre les détenus en face de leurs erreurs afin qu’ils comprennent ou tentent de se repentir. On les met juste en face de leur peine, sans autre explication.

 

La prison est un monde à part, qui joue sur le moral autant des prisonniers que des surveillants et du personnel y attaché.

 

On ne peut sortir indemne d’un tel endroit et notre personnage le ressent, le poussant à s’accrocher d’autant plus à son projet, qui le maintient en vie, l’écriture de son livre.

 

J’ai eu beaucoup d’admiration pour cet homme et je n’ai eu qu’une envie, qu’il s’en sorte.

 

Ce premier roman est une vraie réussite, écrit magnifiquement bien et qui présente les détenus sous un autre angle. On sent le travail minutieux qui a été nécessaire pour son écriture, ce qui d’autant plus admirable.

 

Comme des nains dans leurs mains montre au lecteur l’envers du décor de la vie carcérale, comment la prison joue aussi bien sur le moral des détenus que sur celui du personnel.

 

Certains passages sont plus difficiles que d’autre, je pense en particulier à une scène se passant dans la cour de la prison et m’ont fait beaucoup de peine. J’imagine aisément comment l’auteur a dû être marqué par ce temps passé en prison à rencontrer tous ces détenus et à entendre leur vie.

 

Ce livre est une sorte d’hommage à ces hommes communs qui, un jour, ont vu leur vie basculer pour une erreur et qui n’ont plus jamais été les mêmes. Ces hommes dont on parle peu car ils ne défrayent pas la chronique mais qui vont payer le prix d’une simple erreur.

 

Ce livre est émouvant mais magnifique à lire.

 

Très bonne lecture à tous

 

Marjorie

Voir les commentaires

De raphia et de soie

Benoît Couzi

Benoît Couzi

L’histoire :

 

Paul a tout pour lui. Une société qui fonctionne, une épouse aimante, une très belle maison. Une belle vie en somme. Que demander de plus ?

 

Jusqu’au jour où son fidèle bras droit le quitte du jour au lendemain sans raison particulière. Alors qu’il tente de remonter la pente, sûr de lui et de son succès, Paul voit son monde s’écrouler.

 

Entre des malfaçons, des contrats non honorés, Paul commence à se rendre compte que rien ne va plus. Ses amis lui tournent le dos, plus personne ne le soutient.

 

Du sommet, la chute est brutale.

 

Mon avis :

 

J’ai eu la surprise d’être contactée directement sur mon blog par l’auteur pour me proposer de recevoir son livre pour le chroniquer.

 

J’ai accepté avec grand plaisir et j’ai entamé la lecture de ce livre. Je me répète mais, tout le monde le sait, j’aime lire les auteurs dont les noms ne défrayent pas la chronique (oui oui suis pas fan de Musso et compagnie).

 

Je remercie chaleureusement Monsieur Benoît Couzi de m’avoir donné la possibilité de découvrir son roman, que j’ai lu en quelques heures. J’apporte ma petite contribution à l’édifice de votre évolution littéraire, je le souhaite en tout cas.

 

En peu de mots : j’ai a-do-ré….

 

Nous débutons l’histoire avec Paul, chef d’entreprise très fier de sa réussite, sûr de lui et de ses capacités, qui va se retrouver du jour au lendemain sans associé, ce même homme en qui il avait placé toute sa confiance.

 

Pensant pouvoir très vite remédier à cette situation, Paul va tomber de haut et enchaîner les déconvenues, jusqu’à arriver au plus bas.

 

On dit toujours que, quand on est au plus bas, on ne peut que remonter. Mais faut-il encore qu’on laisse la possibilité de remonter.

 

Le sort va s’acharner sur Paul, comme voulant le punir. Mais de quoi ? D’avoir trop réussi ? D’avoir tout ce qu’il veut ?

 

Plus Paul tente de s’en sortir et plus il s’écroule.

 

Ce roman est une réussite et très bien écrit. La plume de l’auteur est très agréable à lire et légère. Les descriptions, tant du paysage que des situations, sont bien placées et sans trop de lourdeur. Le style d’écriture est élevé.

 

Les personnages sont très humains, sans fioriture ni excès. On peut s’identifier à eux, leur donnant d’autant plus de crédit et de réalité.

 

Ce roman est la descente aux enfers d’un homme contre qui le destin va se liguer, manipulé sans s’en rendre compte par une force, au final bien supérieure à lui.

 

L’intrigue est comme une toile d’araignée, savamment tissée autour des personnages. On se pose des questions, on suppute des hypothèses mais la vérité finale est toute autre.

 

La quête de la vérité ultime nous pousse à avancer la lecture pour enfin comprendre la vérité.

 

Il y a beaucoup d’imagination dans ce roman, qui mérite d’être lu par le plus grand nombre.

 

De raphia et de soie est un très bon roman français, au suspens présent, une très bonne analyse de la psychologie humaine et au rythme soutenu.

 

Je vous encourage vivement  à le lire.

 

Très bonne lecture à vous tous les accros

 

Marjorie

Voir les commentaires