Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Articles avec #francais catégorie

Le puit des mémoires - la traque (tome 1)

Gabriel Katz

Gabriel Katz

L'histoire:

 

3 hommes se réveillent sur une route, dans les décombres d'un chariot, au bord d'un précipice. Plusieurs morts les entourent, dont des soldats. Que font-ils là? Qui sont-ils? Et pourquoi étaient-ils escortés par des soldats?

 

Toutes ces questions demeurent sans réponse car ces hommes ne se souviennent de rien. Leur mémoire est comme effacée.

 

Va commencer une course contre la montre car de mystérieux guerriers semblent être sur leurs traces.

 

Mon avis:

 

Seconde plongée dans l'univers Gabriel Katz, après Aeternia. Je suis sous le charme.

 

Beaucoup de lecteurs m'ont conseillé cette trilogie et je suis plus qu'heureuse de les avoir écoutés.

 

La traque est encore mieux qu'Aeternia. J'ai hâte de pouvoir lire les deux autres tomes, juste pour savoir si mon avis restera le même.

 

L'histoire débute par le réveil quelque peu cahotique de nos trois "héros" qui découvrent leur absence de mémoire, comme si elle avait tout simplement été supprimée.

 

Ils ressentent des émotions, comme si des brides de souvenirs tentaient de se frayer un chemin dans le labyrinthe de leurs cerveaux. Non seulement, ils tentent de se rappeler qui ils sont mais, en plus, ils se découvrent poursuivis par d'étranges soldats dirigés par un homme surnommé l'Albinos.

 

Pour ce premier tome de sa trilogie Le Puit des Mémoires, Gabriel Katz frappe fort. Le rythme est très soutenu et l'histoire intense. On se prend au jeu dès les premières pages.

 

Qui sont ces hommes et pourquoi ont-il perdu la mémoire? Nous mourons d'envie de savoir la vérité, alors nous dévorons les pages, les unes après les autres.

 

Fan de la plume de Gabriel Katz pour Aeternia, je réitère mon plaisir de le lire avec ce premier roman de la trilogie. Les personnages sont très touchants et laissent parfaitement transparaître leurs émotions.

 

L'idée d'hommes traqués, dont la mémoire a été effacée, m'a pris au piège de la lecture, me poussant à dévorer les mots et faire défiler les pages. Je n'attends plus que la suite désormais.

 

Aeternia m'a permis de découvrir cet auteur français de talent. Le Puit des Mémoire me confirme, non seulement son talent, mais également ma passion naissante pour Gabriel Katz.

 

La plume est incroyable. Son imagination est ultra développée. L'histoire est prenante et l'intrigue se positionne en douceur, laissant ce qu'il faut pour nous appâter, nous laissant sur notre faim à la toute dernière page.

 

En résumé, je remercie tout ceux qui m'ont permis de découvrir Gabriel Katz, et plus particulièrement cette trilogie. La traque est un très bon roman que je conseille vivement aux fans du genre.

 

Très bonne lecture à tous.

 

Marjorie

Voir les commentaires

Aeternia - l'envers du monde - tome 2

Gabriel Katz

Gabriel Katz

L’histoire :

 

La guerre entre le culte de la Déesse et celui d’Ochin est au bord de l’implosion. Les hérétiques sont aux abords de Kyrenia.  Le duel tant attendu entre les champions respectifs des deux groupes ne peut avoir lieu, car Leth Marek est mort, assassiné.

 

Desmeon va prendre sa place et  mettre sa hache au service d’Ochin.

 

Entre complots, guerre politique et coups bas, Desmeon va devoir se battre pour survivre et découvrir une vérité dérangeante.

 

A quel prix ?

 

Mon avis :

 

Second tome des aventures de Desemon, essentiellement centré sur lui, du fait de la mort prématurée de Leth Marek à la fin du premier tome.

 

Nous retrouvons notre héros, au seuil d’une guerre sans précédent. Les hérétiques, adorateurs d’Ochin, sont aux portes de la ville et les Prêtres de la Déesse tentent par tous les moyens de garder le contrôle de la cité et des habitants.

 

Tout n’est que manipulation et manigances.

 

Ce second tome reste dans la même veine que le premier. Beaucoup de sang, de violence mais c’est aussi le plaisir d’en apprendre enfin plus sur Desmeon. Qui est-il vraiment ? Et que vaut le culte d’Ochin ?

 

Dans ce second volet, toute la vérité sera faite sur les hérétiques. Les plans seront dévoilés, les traitres démasqués.

 

Il y a beaucoup de rebondissements, rendant ce livre addictif. Impossible de s’arrêter sans aller jusqu’au bout. L’envie de connaitre la vérité est plus forte que tout.

 

Après avoir dévoré le premier tome, j’ai attendu peu de temps avant de lire le second tome et je ne suis nullement déçue.

 

Gabriel Katz confirme son talent d’écrivain dans ce second tome. L’histoire est prenante, les personnages attachants et l’écriture toujours aussi soignée. L’auteur est passé maître dans l’art du détail et son style est recherché.

 

L’univers d’Aeternia est un savant mélange où se retrouvent pêle mêle de la violence, du sang, de l’imaginaire mais aussi, et c’est important, de la tendresse et de l’humanité.

 

Maintenant, j’ai très envie de découvrir La Part des Ombres qui, il semblerait, serait également un très bon roman de cet auteur.

 

Bonne lecture les accros des bouquins…

 

Marjorie

Voir les commentaires

Aeternia - la marche du prophète

Gabriel Katz

Gabriel Katz

L'histoire:

 

Leth Marek, gladiateur à la renommée internationale, prend sa retraite après une dure vie de combats dans l'arène. Il souhaite offrir une vie meilleure à ses fils et part vivre à la cité de Kyrenia. Il espère ainsi finir paisiblement sa vie, entourée de sa maisonnée et de ses deux fils, qu'il n'a pas vu grandir.

 

Mais même dans la cité tranquille de Kyrenia, la révolte et le changement grondent. Le sang appelle le sang. Leth Marek pensait-il pouvoir oublier son passé de combattant?

 

Mon avis:

 

Ce livre m'a été conseillé par un libraire d'Amboise qui, me voyant flâner dans le rayon avec le Sorceleur à la main, m'a dit que j'allais adorer. En plus c'est un auteur français. Banco, je m'empresse de le prendre et je le mets de côté pour plus tard.

 

Ce livre raconte l'histoire de Leth Marek, gladiateur et combattant invaincu, qui décide de prendre sa retraite dans une cité tranquille avec ses fils, loin du sang et de la violence. Sa "nouvelle vie" va très vite prendre fin et obliger notre héros à redevenir un être meurtrier et violent, pour le bien des siens. Sa vie va changer quand il croisera le chemin du prophète.

 

Dans le même temps, Varian arrive à la cité pour entamer sa formation de clerc qui lui permettra d'accéder la fonction prestigieuse de Prêtre. Son intelligence et son côté calculateur, le tout additionné à la "bonne rencontre", vont changer sa vie à tout jamais.

 

Certaines scènes m'ont fait penser à la série sur le Lion de Macédoine écrite par David Gemmell. La violence des combats est similaire à celle que l'on retrouve dans ces romans, notamment lors des scènes de guerre. J'ai d'ailleurs trouvé que, de façon générale, le style Katz faisait penser au style Gemmell. Alors, quand on connait le style littéraire de David Gemmell, que j'aime énormément, vous pouvez vous douter de mon engouement pour notre frenchie.

 

Le rythme du roman est plutôt soutenu mais démarre doucement. L'histoire va prendre son envol au bout d'une cinquantaine de pages pour trouver son rythme de croisière.

 

Le personnage de Leth Marek est bourru mais attachant tout en étant cynique. Il ne pourrait en être moins, ayant passé sa vie à cotôyer la violence de l'arène et la mort au quotidien. Sa rencontre avec certains personnages du roman, comme le Danseur  ou la prêtresse Nessirya, va marquer la vie de notre gladiateur à la retraite.

 

Concernant la plume de l'auteur, il n'y a rien à redire. Le style est très agréable à lire et facile. Le roman est très bien écrit et l'intrigue suit bien le fil de l'écriture. Chaque chapitre nous donne envie de finir le suivant pour comprendre l'histoire et en arriver à son dénouement.

 

Ambitions de politiciens, religions, prophète et faux semblants constituent un savant mélange qui fait de ce roman une très bonne lecture. Leth Marek, juste un être humain au final, nous emmène dans sa vie, son quotidien et nous fait partager sa tristesse, sa joie, son envie de vengeance et de sang.

 

En résumé, il me faut le tome 2 pour connaître la suite. Et ce sera pour un prochain billet.

 

Très bonne lecture à tous les accros des romans...

 

Marjorie

Voir les commentaires

Juste une ombre

Karine Giebel

Karine Giebel

L'histoire:

Une ombre. Une présence. Une personne? Cloé n'est pas folle pourtant, mais personne ne la croit quand elle dit ressentir une présence constamment dans son dos. Ni ses amis, ni la police. Pourtant, elle ne rêve pas. Ce n'est pas elle qui déplace les objets. Elle n'a pas rêvé l'oiseau mort sur son perron. Serait-ce elle qui a dessiné ce cercueil? Mais qui est-ce? Juste une ombre...

 

Mon avis:

 

En entendant autant de bien sur Karine Giebel, je me suis lancée un matin avec la lecture de "Juste une ombre". Je m'attendais à un roman policier, voire thriller, de base mais avec un petit plus justifiant son succès.

 

Je ne m'attendais pas à cette claque. Ce roman m'a laissé une impression teintée de plusieurs sentiments. Successivement, j'ai ressenti de la peine, de la joie, de la gêne et de la tristesse.

 

Mais le sentiment principal fut quand même un malaise grandissant au fur et à mesure de la progression de ma lecture.

 

Le thème de ce roman m'a fait penser au dernier roman de Lars Kepler; désaxé. Une femme se dit suivie dans la rue, harcelée même à son domicile, là où nous sommes sensés nous sentir le plus à l'abri. Mais personne ne va la croire tant ce qu'elle raconte peut laisser perplexe.

 

L'exemple le plus frappant fut celui du réfrigérateur. Mais je n'en dis pas plus, vous laissant la possibilité de le découvrir, vous lecteurs encore novices de ce roman.

 

Je me suis mise, tour à tour, dans la peau de Cloé héroïne de ce roman, de ses amis quand ils écoutent ce qu'elles racontent, et je me suis demandée comment j'aurais réagi si j'avais été à leur place.

 

Cloé, trentenaire à qui tout réussi, voit sa vie basculer un jour, sans que rien n'augure de cette situation. Sa rencontre avec Alexandre Gomez, flic dont la vie a également basculé pour une autre raison, va amorcer un tournant décisif pour ces deux êtres, au bord du gouffre.

 

Karine Giebel, que je lis pour la première fois, a écrit un roman, un thriller psychologique terrifiant, un huis clos angoissant qui prend aux tripes jusqu'aux dernières pages. Je dois même avouer que la fin de ce roman m'a fait pleurer tellement j'ai été retournée par cette lecture.

 

Ce thriller m'a laissé une impression de malaise intense, même si j'ai adoré les toutes dernières pages, et ceux qui l'ont lu comprennent pourquoi. Après avoir refermé ce livre, je suis restée dans un état second, j'étais mal.

 

Juste une ombre est un excellent thriller psychologique, un huis clos prenant et bouleversant, dont on ne sort pas indemne d'une telle lecture. L'histoire ne peut que toucher le lecteur. Je le conseille car, à mon sens, le sujet abordé est encore trop souvent passé sous silence.

 

Fans des romans du genre, très bonne lecture, ayez le coeur accroché tout de même.

 

Coeur sensible, s'abstenir.

 

Marjorie

Voir les commentaires