Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

L'étoile du diable

Jo Nesbo

Jo Nesbo

L'histoire:

4 personnes sont assassinées, sans raison apparente, en plein été brûlant en Norvège. Aucun lien ne semble exister entre elle. Leur seul point commun est d'avoir été retrouvé avec un doigt manquant. L'Inspecteur Harry Hole, plus proche de la déchéance humaine que de la réussite sociale, va enquêter et se retrouver mêlé à une histoire qui dépasse le simple cadre de la police.

Pourquoi ces gens ont-ils été choisis? Va-t-il y avoir d'autre victime? C'est ce que va tâcher de découvrir Harry.

L'avis:

Je n'arrêtais pas d'entendre parler de Jo Nesbo et de succès. J'ai choisi un peu par hasard ce livre et, après recherche, j'ai donc découvert qu'il faisait partie d'une série ayant pour personnage principal l'Inspecteur Harry Hole. Même si je n'ai pas lu les premiers, j'ai quand même réussi à comprendre ce qui faisait le passé de ce héros.

En tout cas, je n'ai pas du tout accroché, aussi bien avec ce personnage qu'avec le style de l'auteur.

J'ai ressenti des difficultés à suivre le fil de sa pensée, à différencier les échanges de dialogues des passages narratifs, tant tout cela m'a donné une sensation de brouillon. Par certains moments, j'ai même perdu le fil de mon histoire.

L'intrigue en elle-même est très intéressante et l'intelligence du personnage principal est fulgurante. J'ai eu envie très régulièrement de savoir qui était le meurtrier et pourquoi. Il n'y a donc pas que du mauvais dans mon avis. Mais, en dehors de cela, j'ai eu beaucoup de mal à prendre plaisir à le lire et à me concentrer sur mon bouquin.

Peut-être aurais-je dû commencer la série à son début mais je ne pense pas que cela change grand chose. On ne peut pas aimer tous les auteurs et leurs écrits après tout.

La fin du roman m'a laissé sur ma faim et le dénouement ne m'a pas plu du tout.

Cela m'a laissé une impression d'inachevé.

En résumé, Jo Nesbo a son public et c'est ça qui compte. Je ne regrette pas ma lecture de l'Etoile du Diable mais je pense pas en lire d'autres de cet auteur.

 

Marjorie

Voir les commentaires

La chute des géants

Ken Follett

Ken Follett

L'histoire:

Epoque: début du 20ème siècle.

Lieu: Etats-Unis, Angleterre, France, Russie, Pays de Galles.

Personnages: des familles riches, de la classe moyenne ou très pauvre.

Point commun: elles ne savent pas que la guerre est à leur porte.

Point de départ: l'assassinat du couple royal, héritier du trône d'Autriche, par un ressortissant serbe.

Comment un seul acte, si odieux soit-il, peut faire sombrer une planète entière dans 4 années de malheur et d'horreur.

Comment ces familles vont-elles survivre à cette période noire qui va s'abattre sur les hommes?

Mon avis:

Les fresques historiques en mode gros pavé, c'est mon dada, j'adore ça. Ken Follett, n'en parlons même pas. Il n'est même pas besoin de le présenter.

La chute des géants commence à l'aube de la Première Guerre Mondiale. On parle beaucoup moins de cette guerre, un peu éclipsée par la Seconde Guerre. Il n'en demeure pas moins qu'elle fut extrêmement meurtrière, la plus meurtrière de l'histoire. Il ne faut pas oublier la bataille de la Marne, les nombreux essais d'attaques aux gaz et les horribles mutilations dues aux baïllonettes allemandes, entre autre.

La Première Guerre Mondiale a marqué l'avènement de mouvances politiques et de leaders charismatiques, comme Lénine et Staline en Russie, ou encore Adolf Hitler, en Allemagne et Churchill en Angleterre.

Les chiffres avancés par les historiens parlent d'eux-même: plus de 60 millions de soldats, 9 millions de morts et 20 millions de blessés.

D'un point de vue littéraire, le roman de Ken Follett est une superbe fresque historique qui permet de mieux appréhender cette période sombre de l'histoire, du point de vue des familles.

Il n'y a rien à dire sur la plume de l'auteur, son succès parle de lui-même. Le rythme est soutenu, alternant avec brio les phases de narration et celles de dialogue.

Concernant les personnages, je me suis beaucoup attachée à eux au cours des nombreuses pages que contiennent ce premier tome. Que ce soit Maud et Walter, qui doivent combattre les préjugés liés à leur différence de nationalité, en passant par Ethel et son combat pour les femmes ou encore Billy qui se bat pour la vie tout simplement.

Je dois avouer que j'ai particulièrement apprécié Ethel. Elle mène son combat avec fermeté et courage, dans une Angleterre fortement ancrée dans le respect des traditions anciennes où une femme doit être sage, gentille, sans cervelle mais avec un utérus en état de marche.

En lisant les chapitres la concernant, j'ai d'autant plus apprécié les plaisirs simples qui nous sont permis maintenant et j'ai remercié le combat de nos mères et grands mères pour le droit de vote.

Je pourrai en mettre des tonnes je pense sur ce roman mais là, ça ferait un billet trop long.

En résumé, je dirai ces quelques lignes. Nul besoin de présenter le génie de l'auteur. Ses succès sont là pour ça. La Chute des Géants ne déroge pas au succès. Plus qu'un livre sur la guerre, il s'agit d'un hymne à la vie. Un hymne à la famille et au soutien, au combat personnel et à la solidarité.

Un roman qui peut paraître difficile à lire mais qui apporte beaucoup à l'esprit.

Un 20/20 pour cet auteur de génie.

 

Marjorie

Voir les commentaires

Les nuits de la Saint Jean

Viveca Sten

Viveca Sten

L'histoire:

Lina Rosén, une jeune adolescente, disparaît un soir sur l'île de Sandhamm. Malgré tous les efforts, les forces de police n'arrivent pas à la retrouver. Quelques mois plus tard, un morceau de corps humain est retrouvé enfoui sous la neige. Est-il possible qu'il s'agisse de Lina? L'inspecteur Thomas Andreasson est appelé pour reprendre son enquête. Que va-t-il découvrir?

Dans le même temps, Nora Linde, la meilleure amie de Thomas, est de retour sur l'ile avec ses deux enfants, après avoir découvert par hasard que son mari la trompait depuis longtemps. Quoi de mieux pour se ressourcer que sa maison de l'île et la présence de son meilleur ami. C'est son fils aîné, Adam, qui va découvrir le membre humain, entraînant ainsi Nora dans l'enquête aux côtés de Thomas.

Que cache cette disparition? Cela cache-t-il des secrets profondément enfouis?

Mon avis:

Un jour où j'attendais mon train qui n'arrivait pas (merci les grèves!!!) je tombe sur une affiche proclamant "Viveca Sten, la nouvelle Camilla Läckberg."

WHAT??? Une nouvelle elle???? Bon, je ne cache pas mon amour immodéré pour Camilla Läckberg, depuis son premier roman jusqu'au dompteur de lions, lu en très peu de temps, adoré et dévoré...

Je me suis dis qu'il ne fallait pas mourir idiote et voir si cela méritait vraiment qu'on la compare à elle. Je commence donc par Les Nuits de la Saint-Jean, qui est son 3ème roman. Oui oui, je sais, je ne fais pas dans l'ordre. J'avoue n'y avoir pas trop réfléchi avant mais, pas grave, j'assume.

Tout d'abord, l'intrigue se situe sur l'île de Sandhamm, qui existe réellement et se trouve dans la mer Baltique. C'est un petit port de pêcheur, peuplé d'environ une centaine d'âmes dans la morte saison, mais qui voit sa population s'agrandir dans les beaux jours du fait de la présence de liaisons maritimes avec Stockholm.

L'intrigue du roman se situe en hiver, par des températures en dessous de zéro et sous une couche importante de neige et de glace.

La description des paysages est à couper le souffler et j'en étais presque à sentir sur ma peau le froid mordant du vent d'hiver.

L'auteur a choisi d'entremêler des chapitres se situant au moment de l'intrigue et d'autres nous faisant remonter dans le passé, au début du 20ème siècle, partant ainsi du postulat, véridique, que le passé et le présent se mêlent, le premier influençant le second.

J'ai été emballée par les personnages, par les décors et par l'histoire.

J'ai eu beau chercher, je n'ai pas trouvé de points négatifs. Je n'ai ressenti aucun moment de lassitude à sa lecture. Les personnages sont décrits de telle façon que cela nous permet de les visualiser facilement. J'ai eu un coup de coeur pour Thomas, policier tendre qui cache une grande souffrance, pour Nora, que la vie cruelle va faire basculer mais l'obligeant ainsi à voir la réalité en face ou encore pour Pernilla, victime aussi d'une vie cruelle et capricieuse.

L'intrigue nous tient en haleine jusqu'à la fin, ne nous laissant aucun répit et aucune envie d'arrêter notre lecture sans connaître le fin mot de l'histoire.

La plume de l'auteur, quant à elle, est sans défaut à mes yeux et j'avoue être pressée de lire ses tous premiers romans.

En résumé, oui, l'accroche ne mentait pas. Viveca Sten a tout de Camilla Läckberg. Leur style se ressemble, même dans la façon de mêler à ce point passé et présent. Viveca Sten compte une nouvelle fan et je vais m'atteler à découvrir ses autres romans.

Je conseille vivement cet auteur pour tous les fans du genre.

 

Marjorie

Voir les commentaires

Le club - tome 1

Lauren Rowe

Lauren Rowe

L'histoire:

Sarah, 24 ans, est étudiante en droit à Seattle et chargée d'admission pour Le Club, sorte de site de rencontres. Pour sa première admission en solo, elle reçoit le dossier de Jonas Faraday, jeune homme arrogant, riche et sûr de lui. Tellement sûr de lui qu'il se permet de laisser un message personnel à l'attention de sa "jolie chargée d'admission" afin qu'elle valide sa demande d'inscription dans ce club, qui promet à ses cliens d'assouvir tous leurs fantasmes, même les plus inavouables.

Malgré son envie de lui faire manger son bulletin d'inscription, Sarah se prend au jeu et entame un étrange ballet avec cet homme. S'en sortira-t-elle indemne? Là est la question.

Mon avis:

J'avoue avoir lu ce roman pour me changer les idées pendant mes examens de droit. Y a plus folichon que le droit des sociétés et tutti quanti. J'avais besoin de léger pour couper à ce stress. J'avais vu le succès de ce roman et, aux vues de certaines critiques, j'étais prête à me retrouver avec un bis d'After.

Bon, sans être le roman du siècle, j'ai été surprise par son contenu. Déjà, on nous épargne quand même 390 pages de cul à l'état pur, ce qui a fait du bien à mon cerveau.

Les personnages principaux de Sarah et Jonas sont plutôt touchants dans l'ensemble. Nous ne sommes pas en présence d'une nunuche vierge sans aucune expérience mais en face d'une jeune femme intelligente, avec de l'expérience et beaucoup de volonté.

Bien sur, nous retrouvons l'habituelle histoire d'amour entre un homme blessé par son passé et la jeune femme qui pense être celle qui le changera. On ne peut y couper je pense.

Néanmoins, je trouve que Lauren Rowe a réussi à nous éviter le côté cucul que l'on peut trouver dans d'autres romans du genre.

De plus, l'auteur a mis en place une histoire au-delà du conflit amoureux en présence. Aussi, cela peut devenir intéressant par la suite.

Le livre se lit facilement et l'on se surprend à sourire à la lecture de certains échanges et je pense que beaucoup de femmes se retrouveront dans le personnage de Sarah, pour son côté "peur de faire confiance".

L'auteur a une plume agréable et sans lourdeur. Les moments de narration sont parfois longs.

Quant à Jonas, il a tout du parfait gars qui ne pense qu'avec sa *****. Son histoire personnelle fait fondre Sarah qui veut le cajoler, comme une mère le ferait.

Ces romans réduisent trop la femme à son côté maternelle je trouve. Sans entrer dans un débat stérile, toutes les femmes ne pensent pas ainsi et je trouve cela dommage de trop souvent retrouver cet état de fait dans les romans qui plaisent autant aux jeunes de maintenant. Cela donne une image faussée de la réalité des relations amoureuses.

Car, au final, combien d'histoires se passent réellement ainsi dans la vie et se finissent bien?

En résumé, j'ai bien aimé la lecture du tome 1, sans être sur de lire le second. Peut-être un jour par curiosité. Ce livre se lit facilement. Je peux néanmoins comprendre l'engouement des lecteurs pour cette histoire. Cela fait du bien au moral une histoire qui se finit bien.

 

Marjorie

Voir les commentaires

LES CHAUSSURES ITALIENNES

Henning Mankell

Henning Mankell

Description : A soixante-six ans, Fredrik Welin vit reclus depuis une décennie sur une île de la Baltique avec pour seule compagnie un chat et un chien et pour seules visites celles du facteur de l'archipel. Depuis qu'une tragique erreur a brisé sa carrière de chirurgien, il s'est isolé des hommes. Pour se prouver qu'il est encore en vie, il creuse un trou dans la glace et s'y immerge chaque matin. Au solstice d'hiver, cette routine est interrompue par l'intrusion d'Harriet, la femme qu'il a aimée et abandonnée quarante ans plus tôt. Fredrik ne le sait pas encore, ma sa vie vient juste de recommencer. Le temps de deux solstices d'hiver et d'un superbe solstice d'été, dans un espace compris entre une maison, une île, une forêt, une caravane, Henning Mankell, nous révèle une facette peu connue de son talent avec ce récit sobre, intime, vibrant, sur les hommes et les femmes, la solitude et la peur, l'amour et la rédemption.

Mon avis : Superbe roman étonnant et déchirant, pas facile à lire, je déconseille seulement cette lecture en cas de grosse déprime.

Sinon quelle belle histoire et quel personnage que Fredrik Welin, naufragé volontaire sur son île lointaine de la Baltique si glaciale l'hiver, fuyant le monde depuis douze ans suite à cette terrible erreur commise dans l'exercice de son métier de chirurgien.

Il vit en compagnie de sa chienne et sa chatte, ses journées rythmées par deux passions, son bain glacé du matin, après avoir brisé la glace, et la tenue de son journal, et tous les jours il reçoit la visite du facteur hypocondriaque.

Un jour il voit débarqué dans son île, une femme Harriet qu'il a aimée et abandonnée d'une manière vraiment peu élégante en disparaissant du jour au lendemain. Harriet est gravement malade, atteinte d'un cancer et un souhait voir un lac dans la forêt dont lui parlait Fredrik pendant leur histoire d'amour. Elle va profiter de cette escapade pour lui apprendre qu'il a une fille.

Ces deux êtres que tout séparent, vont devoir cohabiter ensemble pendant ce long voyage. Fredrik va faire l'apprentissage à son âge de la paternité. C'est une histoire très prenante, la nature, les corps et les âmes sont mis à rude épreuve. De rebondissements en révélations, ce récit nous touche par son humanité bouleversante. Bien souvent, nous sommes notre propre ennemi, en nous laissant porter par la vie, sans bien comprendre ce qui nous arrive.

Je vous conseille d'essayer ses somptueuses chaussures italiennes, faîtes sur mesure, suivez la trame de cette magnifique histoire, vous allez faire connaissance de personnages forts attachants.

Henning Mankell était vraiment un remarquable écrivain.

Voir les commentaires

Le temps est assassin

Michel Bussi

Michel Bussi

L'histoire:

Corse, été 1989. Clotilde, 15 ans, et sa famille sont en vacances dans un petit fief corse, bastion de la famille de son père, Paul Idrissi. Un soir, sa vie bascule quand elle perd ses parents et son frère, Nicolas, dans un violent accident de voiture, faisant d'elle la seule rescapée.

27 ans plus tard, Clotilde est devenue mère de famille et souhaite revenir en Corse, sur les traces de ses origines. Elle emmène son mari et sa fille Valentine, 15 ans, dans le camping où elle descendait en famille.

Le retour n'est pas des plus faciles mais cela devient compliqué quand elle reçoit une lettre, signée P.

P comme Palma? Sa mère serait-elle vivante? Contre l'avis de tous, Clotilde part à la recherche de la vérité.

Mon avis:

C'est le premier roman de Michel Bussi que je lis. A force d'en entendre parler, je me suis lancée avec son dernier et je suis emballée.

L'auteur a choisi d'écrire son roman en alternant, dans ses chapitres, la Clotilde à 15 ans et la Clotilde adulte à 40 ans, mariée et mère de famille. Par le biais de la lecture de son journal intime, tenu à 15 ans, nous suivons la vie de sa famille pendant ce fameux été où tout a basculé. Les secrets, les faux semblants, le difficile apprentissage de la vie quand on a 15 ans, tout se mêle.

Concernant les paysages, je suis partie à la découverte de la Corse. Cette île qui fascine tant de gens. Un petit concentré de terre et de mer avec une histoire forte et un culte du clan qui se transmet de génération en génération.

Comme le dit son grand-père, "tu n'es pas une vraie corse". Sa mère ne l'étant pas et ayant "enlevé" le fils, Clotilde n'est pas corse. Cela donne toute la mesure de la puissance de l'identité corse.

Pour les personnages, j'ai eu beaucoup de plaisir à découvrir Clotilde. Je me suis beaucoup retrouvée dans cette ado de 15 ans, un peu en marge de tout, dans sa bulle. C'est en revenant dans la famille de son père qu'elle se rend compte à quel point elle ne vit pas sa vie.

Celle qu'elle est devenue n'est pas celle qu'elle devrait être. Son mari, Franck, me fait penser à un maniaque du contrôle mais qui va se rendre compte à quel point il ne connait pas son épouse. Son amour pour sa fille frôle l'amour qu'un homme devrait éprouver pour son épouse. Cette relation m'a mise mal à l'aise par moment.

Michel Bussi a réussi à aborder certains thèmes sans en faire du sensationnel. La jalousie d'une mère envers sa fille, l'amour débordant un peu limite d'un père envers sa fille sont autant de sujets qui restent encore tabous mais qui sont présents dans la vie quotidienne.

Concernant l'auteur, j'ai beaucoup aimé son style et son écriture, que je trouve fluide et agréable à lire. On sent à quel point l'auteur a fait des recherches poussées pour rendre ses écrits cohérent et justes.

En résumé, pour ma première lecture de Michel Bussi, je suis contente. Je vais bien sûr aller à la découverte de ses autres romans mais, concernant le Temps est Assassin, je dois avouer que je ne suis pas déçue.

Michel Bussi nous tient en haleine jusqu'aux dernières pages dans la quête de vérité de Clotilde, non seulement pour avoir le fin mot de son histoire mais également, pour découvrir sa vraie personnalité.

Très bon livre

 

Marjorie

Voir les commentaires

L'OREILLE D'OR

Elisabeth Barillé

Elisabeth Barillé

Description : Entendre, mais d'une seule oreille. Ne pas entendre comme il faudrait, donc, à l'école, en société, chez soi, mais entendre autre chose, souvent, entendre mieux, parfois. Dans ce récit intime, Elisabeth Barillé évoque son handicap invisible, malédiction et trésor qui l'isole mais lui accorde aussi le droit d'être absente, le droit à la rêverie, au retrait, à la rétention, voire au refus. "Merci mon oreille morte. En me poussant à fuir tout ce qui fait groupe, la surdité m'a condamnée à l'aventure de la profondeur...". Elle revient sur ce parcours de silence : sa vie d'enfant un peu à l'écart, les refuges inventés, les accidents et les rencontres. De l'imperfection subie au "filon d'or pur", Eliabeth Barillé traverse l'histoire littéraire et musicale, dans une réflexion presque spirituelle.

Mon avis : J'ai découvert ce roman en écoutant l'interview de la romancière dans une émission de radio, elle a expliqué sans se complaire dans le drame, comment suite à une maladie contractée pendant son enfance, elle souffre d'une surdité partielle, elle n'entend plus rien de l'oreille gauche.

Son récit de l'apprentissage de la vie avec la moitié d'une audition, les malentendus qui en découlent suivant de quel côté elle est assise, la vigilance dont elle doit faire preuve, pour traverser une rue par exemple. J'ai trouvé son récit vif et joyeux écrit d'une plume insolente, j'ai aimé son humour dans certaines situations, dans les dîners, le train et l'avion et dans les rapports amoureux.

On découvre à quel point la surdité est handicapante car invisible, elle ne suscite ni intérêt ni sympathie, elle explique bien aussi, comme elle a résisté à la tentation du repli sur soi. C'est un petit livre, une centaine de pages, ce n'est pas un roman, mais une petite ouverture, sur un problème dont beaucoup de gens souffrent, j'espère que vous aurez envie de découvrir ce petit opus bien écrit. Ce n'est pas du tout un livre triste, il y a beaucoup et d'amour.

Je rends grâce à Elisabeth Barillé d'aborder cette face cachée de cette infirmité et peut être d'éveiller plus d'empathie envers la surdité, à ceux qui ont le bonheur de "bien entendre"..

J'ai voulu vous faire découvrir certaines phrases du livre qui expliquent bien son esprit :

"L'infortune de mal entendre se concentre en un seul mot : invisible...."

"Entendre vos propos requiert ma volonté, mon énergie, toute la concentration disponible"

"On ne dirait pas, à me voir, que je n'entends rien, mais vraiment rien du tout"

Je vous souhaite une bonne découverte....

Voir les commentaires

NOUS SOMMES DEUX

Marianne Rubinstein

Marianne Rubinstein

Description : Ils ont trente ans, ils sont jumeaux et vont se marier en même temps, dans un an. D'ici là leur vie va être bouleversée, celle de leurs parents et de leurs beaux-parents aussi. Pas si simple de former un couple quand d'autres se défont, quand on a été perçu toute son enfance comme une seule entité, quand on est confronté à ce qui restreint le désir de liberté. Au-delà du mystère de la gémellité et du mariage, Marianne Rubinstein explore avec justesse les rapports familiaux et générationnels dans une société qui croit pouvoir passer sous silence ses peurs les plus secrètes.

Mon avis : Les jumeaux trentenaires Axel et Emma Bricourt profitent d'un week-end passés en compagnie de leurs parents pour leur annoncer leur décision de se marier sans se douter un seul instant de tous les changements qui vont survenir dans leur vie à tous.

Ce double mariage va sérieusement perturber la vie des trois familles, et faire ressortir les différences sociales et religieuses, ainsi que leurs faiblesses, bien cachées sous le vernis de la respectabilité.

L'auteur donne la parole à cette multitude de personnages, un chapitre est consacré à chaque personnage. Tous les acteurs de ce roman, vont faire le point sur leur vie, un bilan et ses désillusions, et leur avenir. Il y a aussi des retours en arrière où l'on découvre la vie des jumeaux de l'enfance à l'adolescence et on comprend mieux la relation fusionnelle liée à la gémellité et sa complexité.

Au fur et à mesure que l'on avance dans le roman, on s'aperçoit que les fondations familiales se fissurent plus on se rapproche de la date de ce double mariage.

Ce roman est passionnant,foisonnant,mais une écriture très fluide, il aborde tous les sujets de notre époque, si vous décidez de lire ce livre, vous y retrouverez certainement une situation que vous avez vécue...

Voir les commentaires

Le temps des regrets

Mary Higgins Clark

Mary Higgins Clark

L'histoire:

Le procès de Betsy Grant s'ouvre devant le Tribunal de New York. Elle est accusée d'avoir froidement tué son époux, le docteur Ted Grant 18 mois auparavant, ne supportant plus sa maladie. En effet, ce dernier avait été diagnostiqué 8 ans plus tôt d'un alzheimer précoce. Tout joue contre elle. Ses dernières paroles prononcées en public, son "histoire" avec un autre homme et même son passé, qui reviendra à la surface pendant le procès. Dans le même temps, Delaney, jeune journaliste, couvre le procès de Betsy mais, malgré l'opinion publique et les preuves, elle n'arrive pas à la croire coupable.

Qui a tort? Qui a raison? Betsy a-t-elle, comme l'avance le Procureur, tué son mari avec brutalité pour hériter sa fortune et vivre son nouvel amour? Ou est-elle victime d'un complot.

Mon avis:

Rien que la vitesse à laquelle j'ai lu ce livre permet de savoir ce que j'en pense. Une journée uniquement. Nul besoin non plus de présenter cette grande dame de la littérature policière américaine.

Je ne lis pas les romans de Mary Higgins Clark. Je les bois, je les avale, je les dévore. Je les attends patiemment chaque année et je ne peux prendre le temps de les lire tranquillement tellement je suis pressée. Pire qu'une enfant à Noël. Mais j'assume.

Certains diront que son style est simple, l'histoire un peu redondante d'un roman à un autre. Pour les fans, nous dirions qu'elle a un style vraiment personnalisé, des histoires plutôt tordues et des personnages collant très bien à leur personnalité. Tout est fait pour nous laisser imaginer pleins de scénarios possibles, mais pour ne nous dévoiler la véritable fin que dans les toutes dernières pages.

C'est le talent de Mary Higgins Clark.

Dans Le Temps des Regrets, tout est présent pour une histoire au suspens haletant et prenant, que je n'arrivais pas à lâcher, tant je voulais connaître la vérité.

Sur fond de magouilles en tout genre, d'argent et de pouvoir, MHC nous entraîne dans les bas fonds de l'âme humaine où corruption et avidité vont de paire pour arriver au but ultime.

Le personnage de Delaney est touchant mais pas niais. Une jeune femme à la recherche de ses racines, un thème on ne peut plus présent dans le monde, quelque soit l'époque.

Betsy, une femme trop honnête pour que les gens puissent croire à sa sincérité. Comment une femme belle comme elle pourrait rester avec un malade comme son mari? Autre thème récurrent de notre époque actuelle.

Et un happy end. Car oui, il peut y avoir un happy end. Et puis, les romans ne sont-ils pas faits pour ça? Quoi de mieux qu'un roman qui se finit sur une belle note. Cela nous redonne le sourire quand nous refermons notre livre.

En résumé, MHC confirme son talent, exposé aux lecteurs par son brillant "La nuit du renard" et confirmé depuis. Je continuerai à attendre ses livres avec beaucoup d'impatience et à adorer.

20/20

 

Marjorie

Voir les commentaires

Outlander - tome 2 - Le bûcher des sorcières

Diana Gabaldon

Diana Gabaldon

L'histoire:

Claire et Jamie sont de retour au château de Collum après leur mariage "arrangé" dans le but de sauver la tête de Claire et de s'enfuir loin du capitaine Randall. Les époux pensaient être tranquilles au château mais leur mariage ne fait pas que des heureux. Claire va en payer le prix quand, lors d'une longue absence de Jamie, elle se retrouve accusée de sorcellerie et condamnée à mort, avec son amie Geillis.

La jalousie féminine peut faire beaucoup de mal et Claire, que sa fougue et son franc parler sont devenus légendaires, comprend qu'elle est en grand danger.

Jamie va-t-il arriver à temps pour la sauver? Et qui est vraiment Geillis?

Mon avis:

De retour en Ecosse pour la lecture de cette seconde partie, je dois avouer que j'ai été très emballée par la suite. J'avais été surprise de ne pas voir apparaître Franck dans le premier volet. Mais j'avoue qu'il ne m'a pas trop manqué dans cette partie. Cette seconde partie est charnière pour la suite de l'histoire.

L'évolution de la relation entre Claire et Jamie m'émeut beaucoup, ça doit être mon côté fille qui parle. Ils apprennent réellement à se connaître et l'on se rend compte que, finalement, Jamie est en quelque sorte en avance sur son époque. La présence de Claire lui apporte beaucoup et inversement.

Comme je l'avais indiqué dans mon premier billet, j'aime beaucoup la plume de l'auteur. La description des paysages nous fait voyager dans ce pays que j'admire beaucoup.

Les personnages, souvent authentiques, nous font rire, pleurer, espérer et nous nous attachons à eux.

Ce que j'aime dans une série comme celle-ci, c'est d'assister à l'évolution des personnages, aux changements qu'ils subissent. Je les vois grandir.

Ne voulant pas trop en dire sur ce second volet, j'indiquerai juste que cette seconde partie m'a beaucoup plu et m'a donné envie de lire la suite.

L'évolution de la relation Claire/Jamie me touche et j'espère que cela continuera ainsi.

Bon roman que je conseille vraiment.

 

Marjorie

Voir les commentaires

1 2 > >>