Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Articles avec #policiers catégorie

Noir sanctuaire

Preston & Child

Preston & Child

L’histoire :

 

Cela fait un mois que l’Inspecteur Pendergast a disparu, emporté par la créature contre laquelle il se battait dans les marais d’Exmouth. Rien n’est plus comme avant pour Constance, de retour à Riverside Drive. Afin de tenter de surmonter sa peine, elle décide de s’isoler définitivement dans les souterrains qui serpentent sous le manoir.

 

Une surprise de taille l’y attend : Diogène Pendergast, le frère d’Aloysius, que l’on croyait mort, tué par Constance qui l’a poussé dans un volcan en éruption…

 

Il réussit à la convaincre de la suivre sur une île mystérieuse. Croyant à un enlèvement, Proctor, le fidèle allié de Pendergast, part à sa poursuite. Seulement, quoi qu’il fasse, il n’arrive pas à les rattraper.

 

Que peut bien vouloir Diogène ? Et pourquoi Constance a-t-elle accepté de le suivre ? Aloysius est-il vivant ou mort ??

 

Mon avis :

 

Ahhhhhhhhhhhhhhhh. Voici en gros ma réaction quand j’ai découvert que le nouveau tome des aventures de l’Inspecteur Aloysius Pendergast allait sortir le 3 mai. J’étais tellement pressée que je suis allée l’acheter le 2 mai… Il faut quand même se rendre compte que ça faisait un an que j’attendais et que j’avais laissé notre héros dans une situation des plus complexes. (Lire mortel sabbat pour tout comprendre).

 

Nous retrouvons dans ce nouveau volet Constance en proie à une tristesse que je peux imaginer sans peine, un mois après avoir perdu Aloysius dans les marais d’Exmouth.

 

Est-il mort ? Est-il vivant ? Nul ne le sait. Son corps n’a jamais été retrouvé, ni même de traces pouvant laisser penser qu’il est en vie.

 

Constance essaye tant bien que mal de survivre à la peine immense qui l’envahit, au point de décider de retourner vivre dans les souterrains qui serpentent sous la maison. Un soir, se pensant seul, elle découvre un repas préparé et particulièrement succulent.

 

Le lendemain, ça sera un autre repas, une fleur déposée, un roman laissé, une musique jouée. Bien décidée à trouver la raison de tout cela, elle va se retrouver nez à nez avec Diogène !!!

 

Coup de théâtre car, pour tous les fans assidus, Diogène est censé être mort, poussé par Constance dans un volcan en éruption…. Eh bien, non seulement il a réussi à survivre mais, en plus, il fait tout pour convaincre la jeune femme de sa rédemption et de son amour pour elle….

 

Bien malgré elle, elle consent à le suivre dans le paradis qu’il a préparé pour elle. Mais, Proctor croyant à un enlèvement, va partir à sa poursuite dans le monde entier.

 

Je dois dire que, dans les prémisses de ma lecture, je ne comprenais pas trop où on allait. Pendergast est sûrement mort (crime horrible de vouloir tuer notre héros je dois dire), Constance veut finir sa vie dans un sous-sol mais va suivre Diogène qui est vivant, alors qu’il s’est servi d’elle par le passé…. Enfin Proctor se retrouve perdu loin de tout.

 

Mais au final, le suspens a très vite pris le pas sur le reste et j’ai dévoré les 432 pages qui composent ce nouvel opus.

 

Je dois avouer que Constance est véritablement machiavélique. J’ai eu beaucoup de mal à voir, parfois, si elle joue un jeu avec lui ou si elle est sincère. Bon, ils ont quand même un enfant ensemble, même si les circonstances de la conception ne sont pas idylliques.

 

Son jeu est ambigu mais va s’avérer très important. Il ne faut pas oublier qu’elle vient d’une autre époque.

 

Comme je ne veux pas spoiler pour les futurs lecteurs, je ne rentrerai pas trop dans le vif du sujet mais je dois dire que ce nouvel opus est riche en rebondissement et qu’il appelle une suite qui sera chargée en révélation (ouiiiiiiii une suite).

 

Je ne peux que vous inciter à le lire, et sans tarder. Après avoir tant attendu la suite de Mortel Sabbat, Noir Sanctuaire est un délice pour les yeux et l’imagination. J’ai déjà hâte de lire le prochain car je suis restée sur ma faim…..

 

Très bonne lecture les accros

 

Marjorie

Voir les commentaires

De force

Karine Giebel

Karine Giebel

L’histoire :

 

Un soir, alors qu’elle promène son chien Charly, Maud est prise pour cible par un homme dangereux qui tente de l’agresser physiquement. Elle se fait rouer de coups mais est miraculeusement sauvée par l’arrivée d’un homme, Luc, qui arrivera à faire décamper l’agresseur.

 

Qui peut en vouloir à cette jeune femme d’à peine 20 ans ? Est-elle la cible ou serait-ce plutôt son père, Armand, chirurgien orgueilleux et vaniteux qui aime un peu trop sa fille ?

 

Luc, garde du corps, est engagé pour protéger Maud. Il se retrouve bientôt à devoir vivre dans une ambiance étouffante où règnent jalousie, mensonges et faux semblants.

 

Qui est la cible et qui est la taupe ?

 

Mon avis :

 

On dirait bien que je ne me lasse pas de Karine Giebel. J’avoue que lire deux de ses romans très récemment m’a donné envie de me replonger dans son univers sombre. Je dois être un peu maso. Moi qui adore les fins heureuses, je suis servie….

 

De force, rien que le titre donne froid dans le dos, commence lors d’un enterrement. Une personne, homme ou femme, enterre sa mère et, par la même occasion, son passé douloureux. La découverte d’une lettre, lui révélant toute la vérité sur son passé et sa vie, va tout changer pour notre inconnu(e).

 

Chapitre suivant : une allée boisée, une fin de journée à Nice. Maud promène Charly, son braque, quand elle se rend compte de la présence d’une silhouette devant elle, d’aspect menaçant. Cet homme la menace, connait son nom et commence à la rouer de coups, avant de tenter de la violer.

 

L’arrivée de Luc, un joggeur pensant par là au même moment, va lui sauver la vie. Reconnaissant de la situation, Armand, son père, engage Luc, garde du corps de son état, pour protéger sa fille, très clairement visée pour abattre le père.

 

Rien que ces lignes donnent l’aperçu de l’histoire. Luc, bon samaritain qui passe au bon endroit au bon moment. Une jeune fille pourrie gâtée qui s’abandonne dans l’héroïne pour oublier sa très courte vie. Un père qui aime beaucoup trop sa fille et pas comme il le faudrait. Des mensonges qui ne font que pourrir l’atmosphère.

 

L’histoire est lourde. Le personnage de Maud tape sur le système. Pauvre petite fille malheureuse qui s’en veut de la mort de sa mère, dont elle serait responsable, qui joue sur les sentiments de son père pour avoir ce qu’elle veut.

 

Sa réaction vis-à-vis de Luc est égale à celle d’une enfant qui veut le jouet de la voisine et pique sa crise pour l’avoir. Dans le même temps, Luc joue un jeu dangereux en ne repoussant ni la fille, ni la gouvernante, ni la belle-mère.

 

L’histoire est tout de même prenante. On sent très vite l’idée d’une vengeance mais, là où l’on met plus de temps à comprendre, c’est pour l’identité de la taupe qui renseigne le fou.

 

Les personnages voient leur vie décortiquée lentement mais surement. Une impression de lourdeur accompagne le roman tout au long de son déroulé.

 

Mais, alors que nous sommes pris dans l’engrenage de l’histoire, la fin est bâclée. Elle arrive très vite et n’est pas assez développée, à mon sens. Le dénouement, la scène finale, le moment des révélations se fait trop vite, comme si l’auteure voulait terminer son roman et point.

 

J’aurais apprécié plus d’actions, de suspens, rester avec pleins de questions, imaginer des rebondissements en cascade, mais non.

 

Et puis, certains personnages auraient pu voir un développement plus poussé pour nous amener, encore plus, à imaginer pleins de scénarios possibles (je pense par exemple au jardinier…)

 

La vérité est dévoilée, ça se termine plutôt mal (ça ce n’est pas étonnant avec Karine Giebel) puis point à la ligne. Fin du roman. J’ai trouvé ça un peu décevant mais, dans l’ensemble, De force est très réussi quand même.

 

Niveau écriture, comme toujours, Karine Giebel ne déçoit nullement. Son style est reconnaissable. C’est une lecture prenante, une sorte de huis clos, au sein d’une famille déchirée et dont les membres sont tous aussi malades les uns que les autres.

 

En résumé, de force est un très bon thriller de Karine Giebel, mais dont la fin laisse un peu à désirer, tant sa terminaison abrupte est surprenante.

 

Très bonne lecture à tous

 

Marjorie

Voir les commentaires

La légende des templiers - la légion perdue (tome 5)

Paul Christopher

Paul Christopher

L’histoire :

 

En Ethiopie, un explorateur retrouve le tombeau de Julien de la Roche-Guillaume, un templier ayant eu accès, lors des croisades, à certains des manuscrits perdus de la mythique bibliothèque d’Alexandrie.

 

Peter Holliday, professeur d’histoire à l’académie militaire West Point, va se rendre en Afrique, en compagnie de Raffi et Peggy, pour tenter de décrypter les énigmes contenues dans la sépulture du Templier.

 

Bien vite, il va découvrir que tout est lié à la légende de la célèbre 9ème légion romaine, envoyée par Marc Antoine et disparue du jour au lendemain.

 

Dans un pays en proie aux conflits perpétuels, Doc va comprendre très vite qu’il est sur la piste d’un trésor légendaire, mais convoité par d’autres.

 

 

Mon avis :

 

Nous retrouvons Doc pour une cinquième aventure, dont l’histoire va l’emmener dans les confins de l’Afrique, aux côtés de Raffi et Peggy sur la piste, entre autre, du Roi Salomon.

 

L’histoire débute par un retour aux sources, au temps de Rome et de sa splendeur d’antan. La conquête des territoires a été le fer de lance de Rome, ce qui amena Marc Antoine à envoyer une légion, la 9ème, à partir à la recherche de trésors enfouis.

 

De notre temps, Raffi a trouvé une pierre précieuse, un diamant brut, qui prouverait l’existence des mines du Roi Salomon, porté à l’écran dans les années 90, mais qui restent un mythe.

 

Poussés par leur instinct et leur soif de connaissance, nos amis vont partir à la recherche de ce trésor disparu.

 

Même si l’histoire trouve son origine dans les templiers, à savoir la découverte des recherches du templier Julien de la Roche-Guillaume, cette aventure ne fait que peu mention à l’Ordre des templiers, ce qui m’a quelque peu surprise.

 

Ayant lu les 4 premiers tomes, qui tournaient véritablement autour des templiers, là le sujet principal est surtout l’Afrique. Nous allons voyager sur le continent, pour nous enfoncer dans la jungle et partir à la découverte des secrets de ce pays.

 

De légende en légende, nous voguons aux côtés de nos héros sur les traces des mythiques mines.

 

J’ai adoré ce nouveau tome et retrouver nos héros, toujours aussi touchants dans leurs échanges. Mais, mon petit doigt me dit que je ne resterai pas trop éloignée des templiers dans le prochain tome qui s’annonce….

 

La légende des templiers est toujours une aussi belle découverte littéraire, qui m’enchante et me fait voyager, mêlant passé et présent, en une quête de la vérité.

 

Très bonne lecture à vous tous

 

Marjorie

Voir les commentaires

Réplique: une enquête de Lizzie Gardner (tome 1)

T.R Ragan

T.R Ragan

L'histoire:

 

Elisabeth, dite Lizzie, est une jeune adolescente insouciante et amoureuse, à qui tout sourit. Un soir, après avoir été raccompagnée par son petit ami, Jared, son chemin croise celui de l'homme qui a déjà kidnappé plusieurs jeunes filles. Aucune n'a été retrouvée vivante.

 

Elle va rester prisonnière pendant 2 mois, mais réussira à s'échapper.

 

15 ans plus tard, Lizzie est devenue détective privée et enseigne aux jeunes filles à se défendre en cas d'agression. Elle ne garde aucun souvenir de ces deux mois, sauf pendant ses nuits où elle revoit tout son calvaire, l'empêchant de passer une nuit convenable.

 

Un beau jour, Jared, devenu agent du FBI, l'appelle et lui annonce l'horreur: il est revenu et lui a laissé un mot.

 

Malgré sa peur, Lizzie sait qu'elle va devoir braver son pire cauchemar si elle veut espérer, un jour, vivre à nouveau.

 

Mon avis:

 

Ce livre m'a beaucoup plu. Pour une découverte, je ne suis pas déçue, loin du monde.

 

L’histoire débute de façon tragique en assistant à l’enlèvement de Lizzie, 17 ans, qui va vivre 2 mois de cauchemar mais qui réussira à s’échapper de sa prison. Sa vie ne sera plus jamais la même car elle va assister à l’horreur.

 

15 ans plus tard, devenue détective privée, elle est choisie pour espionner une femme possiblement infidèle. Dans le même temps, l’homme qui l’avait enlevé revient et laisse un mot à son attention après avoir kidnappé une nouvelle jeune fille.

 

Jared, son ancien amoureux, devenu agent du FBI, l’appelle à la rescousse. Lizzie comprend qu’elle ne peut plus se cacher et revient dans la course. Revoir Jared fait remonter beaucoup de souvenirs à la surface. Elle n’a pas le choix, elle doit affronter son passé.

 

Le personnage de Lizzie est très fort, très combattif. C’est une battante qui, malheureusement, a vu sa vie détruite à 17 ans. Elle vit avec le syndrome de la culpabilité de la survivante. Elle a survécu et pas les autres…

 

Sa vie en sera détruite et ses relations avec les autres seront fortement impactées par ce passé difficile à gérer.

 

L'écriture de ce roman, sur un sujet pourtant lourd, est magnifique. Le personnage de Lizzie est combatif et très humain. Je n'ose imaginer celles et ceux qui le vivent réellement. L'auteur a très bien su, à mon avis, décrypter les moindres petits détails qui jalonnent la vie de ces survivants ordinaires.

 

L'histoire est troublante et certains passages sont plutôt difficiles à lire. Les descriptions sont très réelles et peuvent mettre mal à l'aise les plus sensibles d'entre nous.

 

Mais dans l'ensemble, l'histoire est addictive et passionnante car, si l'on regarde plus loin que le simple thème de l'enlèvement, noyau central de ce livre, nous assistons surtout au combat de l'héroïne pour sa propre survie, dans un monde où elle est regardée de travers, car différente ou indomptable pour certains...

 

Réplique, les enquêtes de Lizzie Gardner est un très bon thriller psychologique qui ne vous laissera pas indifférent après sa lecture, tant par l'histoire que par ses personnages et leur humanité touchante.

 

Un très bon thriller qui donne envie de découvrir le tome 2.

 

Très bonne lecture à tous

 

Marjorie

Voir les commentaires

LE PURGATOIRE DES INNOCENTS

Karine GIEBEL

Karine GIEBEL

L'histoire :

 

Je m'appelle Raphaël, j'ai passé quatorze ans de ma vie derrière les barreaux.Avec mon frère, William , et deux autres complices, nous venons de dérober trente millions d'euros de bijoux. C’aurait dû être le coup du siècle, ce fut un bain de sang. Deux morts et un blessé grave.

 

Le blessé, c'est mon frère. Alors, je dois chercher une planque sûre où Will pourra reprendre des forces.

 

 

Je m'appelle Sandra.

Je suis morte, il y a longtemps, dans une chambre sordide.

Où plutôt, quelque chose est né ce jour-là….

Je croyais avoir trouvé le refuge idéal.

Je viens de mettre les pieds en enfer.

Quelque chose qui marche et qui parle à ma place.

Et son sourire est le plus abominable qui soit…

 

 

 

Mon avis :

 

Ma fille (ma comparse de blog) m'a fait découvrir Karine Giebel. J'ai déjà lu « De force, Juste une ombre, Les morsures de l'aube ». J'avais trouvé la lecture quand même assez difficile, mais là, il faut avoir le cœur bien accroché.

 

 

Tout débute par un braquage place Vendôme, exécuté par Raphaël et William, les deux frères, Fred et Christel (pas bien du tout dans sa tête la petite). Ça tourne mal : policiers gravement blessés, William très salement amoché. Notre quatuor s'enfuit, traverse notre belle campagne profonde et se retrouve à prendre en otage Sandra, vétérinaire de son état.

 

 

Là on pénètre déjà dans l'antre du diable. Sandra soigne William sous la contrainte et commence à jouer un jeu très bizarre et pervers avec les membres du commando de braqueurs. Elle dit être mariée à un gendarme qui, à l'heure actuelle, est en déplacement.

 

 

L' attente commence.

 

 

Parallèlement, on suit un homme qui traque deux collégiennes insouciantes, comme on peut l'être à cet âge. Les deux filles sont enlevées et séquestrées dans sa tanière.

 

 

Et c'est là que l'histoire prend toute son ampleur. Patrick rentre chez lui, découvre les braqueurs installés dans sa maison. Dans le même temps « Aurélie et Jessica » se retrouvent victimes du pire genre de criminel existant un pédophile.

 

 

Quel lien peut-il exister entre ces jeunes filles et nos braqueurs, quelle alchimie va sortir de cette histoire. Qui sont « Sandra et Patrick » ?

 

 

Cette histoire se déroule dans un huis-clos étouffant, dans lequel la vie de nos protagonistes est dévoilée. Les fêlures de chacun, leurs craintes, leurs espoirs, leurs envies les plus secrètes, tout sera mis à nu.

 

 

On ne peut que s'attacher à Raphaël, braqueur aux nombreuses années de prison mais au « code d'honneur » qu'il respecte, sans oublier son amour inconditionnel pour son petit frère William.

 

 

Je ne parle même pas de mon ressenti vis à vis "d'Aurélie et Jessica", pauvres petites victimes d'un cerveau dérangé. On se demande d'ailleurs à la fin du livre comment une jeune fille peut arriver à rebondir après de telles épreuves.

 

 

Depuis que ma fille m'a demandé de participer à ce blog, je me refuse à avoir des avis trop tranchés, car chaque livre, chaque histoire est une découverte. j'ai soit aimé passionnément ou moyennement, mais je pars toujours du principe qu'il y a autant de lecteurs que de livres, et qu'il en faut pour tous les goûts.

 

 

 

Pour ce livre, j'ai eu du mal, car le sujet traité est, pour moi, difficile à lire. Je n'ai pu m'empêcher de faire le parallèle avec certaines tristes affaires du passé. . On ne sait trop bien que dans le monde, ces gens existent et malheureusement l'essor des nouvelles technologies permet de nouveaux terrains de jeux.

 

 

Mais doit-on décrire dans un « livre policier » avec tant de complaisance toutes les tortures subies par ces deux gosses ? C'est la question que je me suis posée.

 

 

Je ne mettrai pas ce livre, entre toutes les mains, cela ne m'empêche pas de considérer Karine Giebel comme un écrivain de grand talent, je suis ravie que ma fille m'ait engagée à la lire.

 

Kalou

 

Voir les commentaires

La légende des templiers - la conspiration (tome 4)

Paul Christopher

Paul Christopher

L'histoire:

 

Le monde est sous le choc. Le Pape a été assassiné pendant la cérémonie des voeux de Noël, en pleine messe, sous les yeux de millions de fidèles. L'attentat est vite revendiqué par un groupe islamique mais cela ne semble pas convaincre Doc et Peggy.

 

Quelques jours plus tard, le Président des Etats-Unis est à son tour visé lors des funérailles papales.

 

Le monde semble tomber dans le chaos le plus total. Qui se cache derrière cette machination?

 

Doc et Peggy vont devoir enquêter pour tenter, une nouvelle fois, de sauver le monde.

 

Mon avis:

 

Tome 4 des aventures de Doc et Peggy. Quel bonheur encore une fois. Je suis vraiment sous le charme de cette série historico-policière.

 

Nous débutons notre histoire en Italie, à Rome, à l’aune des vœux du Pape pour Noël lorsqu’un terrible attentat le vise. Sa Sainteté meurt sur le coup. Cela annonce le début d’un chaos inévitable dans le monde.

 

Comme toujours, l’histoire débute vite et tout s’enchaîne à une vitesse fulgurante, ce qui n’est pas pour me déplaire. Doc, fidèle à sa nature, ne pourra s’empêcher d’intervenir, surtout quand le Père Brennan, aperçu dans le volume précédent, viendra le chercher.

 

N’oublions pas non plus Peggy qui doit se remettre d’une épreuve personnelle difficile.

 

Après avoir présenté les 3 premiers tomes de la série sur ce blog, vanter les qualités de Paul Christopher n’est plus trop d’actualité. Ben voui, qui irait lire 4 tomes d’une série qui ne lui plait pas ???

 

Je dirai donc plutôt ceci.

 

Si vous aimez l’histoire, les romans policiers teintés d’humour et d’une pointe de folie, saupoudrés d’un peu d’Indiana Jones au féminin, La Légende des Templiers est fait pour vous.

 

Tout est réuni pour passer un très bon moment. Lire le premier tome vous engage à lire la suite si vous avez adoré, je tenais à vous prévenir.

 

En tout cas, je sais ce qu’il me reste à faire maintenant. Lire la suite bien sûr….

 

Très bonne lecture les accros.

 

Marjorie

Voir les commentaires

Les morsures de l'ombre

Karine Giebel

Karine Giebel

L’histoire :

 

Pourquoi ai-je accepté de la suivre pour boire un dernier verre ?
Où suis-je ?
Pourquoi je suis dans une cage ?
Oh mais pourquoi je suis incapable de savoir résister à une femme ?
Et dire que ma propre femme doit être morte d’inquiétude.. C’est fini, j’arrête de la tromper… Enfin je crois, je vais essayer….
Que va-t-il m’arriver ???

 

Mon avis :

 

Je confirme ce que j’ai écrit pour ma précédente chronique de Karine Giebel : elle n’aime pas les fins heureuses.

 

Elle n’embellit pas ses personnages, elle les présente cash, sans fioriture, dans tout ce qu’ils peuvent représenter de faux, de malsain… C’est ce qui fait son succès dans un sens, un homme ou une femme tels qu’ils sont, comme nous sommes, nous permettant de nous dire qu’ils nous ressemblent.

 

Les morsures de l’ombre est un huis clos saisissant et angoissant qui débute par le réveil brutal de Benoît, policier, qui se retrouve enfermé dans une cage après avoir suivi une femme pour un dernier verre, et plus, chez elle.

 

A son réveil, il se retrouve en cage, à sa merci.

 

Loin de se remettre en question, il rejette sur sa geôlière toute la situation et se met à l’insulter.

 

Mais qui est-elle au juste ? Une nana complètement folle qui veut s’amuser avec lui ? Une femme qui se venge de lui car, ayant été une conquête, elle n’a pas supporté d’être virée après action ?

 

Telles sont les questions que se posent notre policier mais sans jamais se dire que c’est peut-être lui le problème. Tellement sûr de lui notre Benoît.

 

Il y a une bonne raison à tout cela, mais laquelle. Elle semble le connaitre, elle l’a suivi, elle semble comme obsédée par lui, mais lui, ne se souvient de rien la connaissant.

 

Sa vie va se dérouler comme un film. Il va tenter de se souvenir de tout ce qui pourrait lui sauver la vie. Car enfin, il a compris qu’elle en voulait à sa vie. Elle lui reproche quelque chose mais il ne sait pas quoi.

 

Dans le même, ses collègues le cherchent et vont devoir fouiller sa vie. Son couple, qui semble parfait, ses petits secrets bien cachés, mais pas tant que ça.

 

Personne n’aime voir exposé au grand jour ses petites manies, ses secrets bien cachés et ses vices.

 

Karine Giebel nous décrypte morceau par morceau la vie de cet homme qui passe ses jours à mentir à tout le monde, à sa femme tellement cocue qu’elle passe pas les portes, à ses maitresses à qui il fait croire qu’il les aime.

 

Son bourreau va l’obliger à devoir affronter sa vraie nature et c’est ce qui fait le plus mal à Benoît.

 

Ce livre n’est pas toujours facile à lire. L’histoire est saisissante et angoissante. Cette femme qui a réussi à le kidnapper est complètement folle mais comment en est-elle arrivée là ?

 

Ce livre est angoissant car il montre à quel point n’importe quelle personne saine d’esprit peut sombrer du jour au lendemain. Ce livre est une histoire de vengeance, mûrement réfléchie, longuement pensée et mise au point mais aussi, une histoire de remise en question.

 

J’ai fermé ce livre en ressentant des émotions partagées mais j’ai adoré le lire. Comme toujours avec Karine Giebel, je ne me sens pas entière après l’avoir lu mais j’aime la lire.

 

Très bonne lecture à vous tous.

 

Marjorie
 

Voir les commentaires

Jusqu'à ce que la mort nous unisse

Karine Giebel

Karine Giebel

L’histoire :

 

Vincent enchaîne les conquêtes, sans se soucier de leurs sentiments quand il les plaque dès le lendemain matin. Le même visage, la même envie, des prénoms dont il ne veut pas se souvenir. Jusqu’à la conquête de trop qui, très fragile, ne supportera pas la situation et se suicidera.

 

C’en est trop pour Vincent mais, sans qu’il s’en rende compte, il fera la connaissance de la seule femme qui lui résistera mais, peut-être, lui apportera la rédemption. C’est sans compter sur la mort de son meilleur ami, qui va raviver de vieilles blessures mais, en même temps, lui donner un but.

 

Dans le magnifique décor du Verdon, Vincent et Servane, jeune gendarme, vont enquêter, mais pas sans risques.

 

Mon avis :

 

Seconde lecture de Karine Giebel après Juste une Ombre, chroniquée sur ce blog.

 

Je suis vraiment emballée par l’écriture de cette auteure mais, franchement, et je ne pense pas être la seule à le penser, Karine Giebel n’a pas l’air d’aimer les fins heureuses.

 

Ca s’est confirmé après avoir lu les morsures de l’aube, que je vais chroniquer juste après.

 

Je me ferai un plaisir de lire ses autres romans, et je verrai si mon avis se confirme encore.

 

Donc, l’histoire commence avec Vincent, guide de haute montagne dans le Verdon qui, après le départ de sa femme, enchaine les histoires, se moquant des femmes sans aucun remord, jusqu’à la conquête de trop.

 

Trop fragile, trop jeune, trop crédule, elle se suicidera, laissant Vincent en face de ses propres responsabilités et ses démons.

 

Jusqu’à sa rencontre avec Servane, jeune femme gendarme qui semble fuir sa propre vie, et qui va lui apporter ce que personne d’autre ne lui apporte : une présence. Ame torturée qui rencontre son alter ego.

 

Pierre, le meilleur ami de Vincent, est retrouvé mort dans la montage, lui qui la connaissait comme sa poche. Difficile de croire à un accident. Un corbeau va, d’ailleurs, faire comprendre à Vincent que rien ne semble être comme il en parait.


Karine Giebel nous emmène à la montagne, dans les gorges du Verdon, lieu sublime empli de plénitude, qui est juste magnifique.

 

Avec mon conjoint, nous avons passé des vacances dans le Verdon et nous avons été subjugués par la beauté du paysage. Les descriptions sont tellement réalistes que, moi aussi, j’y étais.

 

Je me baladais avec Vincent et Servane au sommet des montagnes, j’admirais les chamois se battant, les marmottes émergeant de leur hibernation. C’était magnifique.

 

Le personnage de Vincent est un passionné, la montagne le fait vivre, le fait respirer et c’est là qu’il peut oublier ce qu’il est : le responsable d’un suicide.

 

Comme pour ma première lecture de Karine Giebel, ses personnages sont très humains, ni des surhommes, ni des femmes parfaites. Juste des personnes comme nous, ce qui explique, à mon sens, une grande partie de son succès.

 

Son imagination noire n’est pas sans reste d’ailleurs, d’où mon impression qu’elle n’aime pas les happy end. Mais elle a beaucoup de talent et j’adore ça. Néanmoins, je suis une personne hypersensible et je ne cache pas que je finis ses romans avec la larme à l’œil.

 

Jusqu’à ce que la mort nous unisse est avant tout une histoire d’amour entre un homme et la nature, un lien indéfectible entre Vincent et Servane qui va apporter un apaisement qui se conjuguera avec son amour de la nature.

 

Le pardon est-il possible ? La vérité permet-elle de pouvoir enfin se sentir en paix avec soi-même ?

 

Je pense que oui. Toute vérité n’est pas bonne à dire mais, dans certains cas, elle permet de tourner une page et apaiser un esprit tourmenté. C’est ainsi que je pourrai résumer l’esprit de ce livre.

 

Karine Giebel est dotée d’un talent indéniable et d’une imagination sans faille. Sa façon de présenter des hommes et femmes normaux, dont la vie peut être celle de n’importe lequel de ses lecteurs permet à son lectorat de se sentir proche de l’histoire.

 

Son succès n’est plus à chercher, il est acquis et je suis vraiment devenue une fan de cette auteure.

 

Jusqu’à ce que la mort nous unisse est un très bon polar français qui vous émerveillera par la qualité des décors et vous marquera par la justesse des personnages.

 

Très bonne lecture à vous.

 

Marjorie
 

Voir les commentaires

L'ombre et la lumière

Jack-Laurent Amar

Jack-Laurent Amar

L'histoire:

 

Bastien n'a que 7 ans quand il perd brutalement sa mère. Vivant seul avec elle depuis sa séparation d'avec un homme violent, son décès brutal creuse un trou béant dans le coeur de notre petit garçon.

 

Des années plus tard, le Capitaine Olivier Ruhault est appelé suite à l'arrestation sur la voie publique d'un homme qui se trouvait à proximité d'une école, sans aucune mémoire. Cela lui rappelle un cas similaire survenu l'année dernière, un homme retrouvé errant, nu, sans mémoire et dont l'épouse avait été tué. Cet homme était mort juste après.

 

Plusieurs cas semblent similaires d'ailleurs, poussant notre jeune capitaine à se poser des questions et enquêter.

 

Que va-t-il trouver? Est-il prêt à la suite des évènements?

 

Mon avis:

 

Jack-Laurent AMAR est apparu un beau matin sur le compte d'un réseau social bien connu de ce blog. Désireux de faire connaître son roman, de partager sur ses passions ou encore de passer un coucou, je file découvrir l'univers de cet auteur.

 

Ceux qui me connaissent savent que j'aime beaucoup découvrir des auteurs "inconnus" et aider, en posant mon humble pierre à l'élaboration de l'édifice de leur future notoriété. Quand je dis inconnu, bien sur rien de péjoratif. Mais dans le monde littéraire actuel, il est souvent bien difficile de se faire un nom aux côtés des plus grands.

 

Alors, quand nous, humbles adorateurs de la littérature pouvons aider en lisant et partageant nos lectures, alors je me dis qu'on sert à quelque chose. Tel est le cas en l'espèce.

 

L'ombre et la lumière est le premier livre de cet auteur.

 

Le livre débute avec Bastien, ce petit garçon si touchant au début de vie si difficile, qui va vivre une tragédie avec la mort de sa mère. Ce garçon, trop intelligent pour son âge, va se battre pour survivre et tenir la promesse faite à sa mère: devenir quelqu'un.

 

Rien que ces pages, ces moments, vous rendent émotifs au possible mais on s'attache très vite à lui et son amourette avec Lolie ajoute une couche.

 

Où tu vas, je vais

 

Cette phrase , cette simple phrase, promesse de sentiments, a attiré mon regard et m'a énormément plu. Je pense qu'elle a attiré le regard de beaucoup de lecteurs. Le pouvoir des mots est fort.

 

Nous allons suivre, non pas une histoire, mais plusieurs. Le passé se mêle au présent, nous amenant ainsi à côtoyer les personnages et à les voir évoluer.

 

Se mélangent ainsi Olivier et ses morts étranges, Laureline et ses relations avec son ex-mari ou encore l'Ombre et ses contrats à réaliser.

 

L'histoire prend forme au fur et à mesure, sans perdre son fil conducteur. Jack-Laurent Amar tisse une toile autour de ses personnages et réussit le coup de maître de nous tenir en haleine, sans nous en rendre spécialement compte, jusqu'aux dernières pages.

 

Je me suis surprise à ne pas réussir à laisser mon livre de côté, même le temps de faire à manger. C'est signe que je suis bien accrochée en tout cas.

 

Concernant la partie technique, la plume de l'auteur est très agréable à lire. Je n'ai ressenti, ni lassitude, ni ennui. Mes émotions ont été diverses et sont passées par différents stades selon l'évolution de l'intrigue.

 

Le style est soutenu et l'on ressent un véritable travail de recherche effectué par l'auteur pour se coller au plus près de la réalité, sans tomber dans l'excès.

 

Le soupçon est distillé avec parcimonie et aux moments stratégiques. L'histoire se colle parfaitement dans le contexte temporel mis en place par l'auteur.

 

L'écriture d'un premier roman est une étape très importante dans la vie d'un romancier et son accueil par le public, plus encore. L'ombre et la lumière est un très bon premier livre qui mérite d'être lu.

 

C'est un bon policier français qui nous emporte au coeur d'une intrigue addictive, et dont le dénouement ne trouvera sa place que dans les toutes dernières pages.

 

Il est plein de sentiments forts, d'intensité émotionnelle et sa lecture vaut le détour. Un grand bravo à Jack-Laurent Amar pour ce premier livre qui m'a transporté et que j'ai adoré.

 

Où tu vas, je vais. J'aime cette phrase et elle résume parfaitement l'esprit du livre.

 

Très bonne lecture

 

Marjorie

Voir les commentaires

La légende des templiers - le trône (tome 3)

Paul Christopher

Paul Christopher

L'histoire:

 

Peter Holliday est toujours sur la piste des templiers et ce, depuis qu'il a hérité d'une épée découverte en Allemagne par son oncle. Une discussion anodine le met sur la piste de la famille de Jean de Saint-Clair, l'un des rares Templiers ayant survécu à la purge meurtrière.

 

Ses recherches vont le mener de la France au Canada, en passant par l'Italie et l'Angleterre. Mais notre héros va devoir faire attention à lui, sa vie semblant encore une fois en danger.

 

Quels secrets recèlent ses découvertes.

 

Mon avis:

 

3ème tome des aventures de Doc Holliday dans sa recherche sur l'histoire de l'épée reçue en héritage dans le premier tome.

 

Ce nouveau volet le met sur la piste de la famille du chevalier de Saint Clerc qui, semble-t-il, aurait croisé le chemin d'une pure relique liée au Christ. Sa recherche va lui faire rencontrer une énigmatique nonne, Meg, qui semble faire la même recherche que lui.

 

Sa quête a pour but de retrouver un coffret détenant des reliques liées au Seigneur, comme le suaire et le Grâal.

 

Comme toujours, rien ne va se passer simplement pour notre héros dans ce troisième volet qui voit être mis en avant Doc et sa vie. Peggy et son mari ne font qu'une petite incursion dans ce nouveau roman.

 

Ce tome 3 est aussi passionnant que les deux premiers, le rythme toujours autant soutenu. Aucun temps mort, aucun ennui, de l'histoire à n'en plus finir.

 

Que demander de plus?

 

Ayant adoré les deux premiers livres de la série, mon avis ne change pas après cette lecture. L'auteur écrit toujours aussi magnifiquement bien et nous rend accro.

 

Pour la passionnée d'histoire que je suis, je trouve dans cette série tout ce que j'aime. De l'histoire, de l'intrigue et des personnages tout aussi touchants.

 

Aussi, je ne peux que conseiller ce livre aux amoureux de l'histoire et des intrigues. La légende des templiers est une sorte de Da Vinci Code en plusieurs volets.

 

Paul Christopher serait-il une sorte de Dan Brown? Je ne pense pas que la comparaison puisse lui déplaire.

 

Ce qui est sûr, c'est que cette série me plait vraiment beaucoup et que je vais me dépêcher de trouver le tome 4 pour retrouver notre héros, Doc Holliday.

 

Très bonne lecture à tous.

 

Marjorie

 

Voir les commentaires

1 2 3 4 > >>