Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

LE ROMAN DE BERGEN (6 Tomes)

Gunnar STAALESEN

Gunnar STAALESEN

Saga norvégienne haute en couleurs qui a pour toile de fond

la ville de Bergen

 

De 1900 à 1999 en six tomes: L'histoire de nombreuses familles, de tous les événements mondiaux, et des répercussions sur leur vie. Un siècle de passions humaines.

 

1900 L'aube 2 tomes

 

Nous débutons par le meurtre du consul Frimann qui venait de passer la nuit, non pas avec son épouse, mais avec la belle et sensuelle Maren Kristine Pedersen, bien connue de certains messieurs de la haute société de Bergen. Cet assassinat va totalement bouleverser la vie de nombreux protagonistes, dont l'inspecteur Moland et Ole Berstad. On fait connaissance de membres de la bourgeoisie berguenoise et aussi d'hommes et de femmes quittant la campagne et la pauvreté pour venir construire les lignes de chemin de fer.

 

1916, Bergen est victime d'un gigantesque incendie et doit se reconstruire.

 

Les conflits sociaux apparaissent, qui divisent les familles, deux frères se retrouvent dans des camps opposés. Dans le monde, le krach boursier de 1929, la montée du fascisme, la lutte entre bolcheviks et nationalistes libéraux.

 

Les personnages du tome 1 vont passer le relais à leurs enfants, pour construire une nouvelle société, faire évoluer les mœurs et pour certains se déchirer.

 

Et à Bergen, cela fait 25 ans que le consul Frimann

a été assassiné qui veut rouvrir l'enquête ?

 

1950 Le zénith 2 tomes

 

Les années 30, on découvre les héritiers de nos premiers protagonistes. Chacun d'eux prend des directions politiques différentes. Les fils de famille Brandt et Helgesen s'opposent, l'un se sent proche du communisme, l'autre est fasciné par le nazisme et assiste aux Jeux olympiques de Berlin de 1936.

 

Pendant la Deuxième Guerre Mondiale, la Norvège est déclarée neutre mais subit l'occupation dès 1940.

 

Chacun de nos héros va choisir son camp. La résistance, l'exil où le ralliement avec l'occupant. L'auteur nous expose aussi la condition des juifs norvégiens à travers le destin de la famille Liebermann.

 

En 1945, la libération sonne l'heure des règlements de compte, le jugement des collaborateurs de l'occupant nazi, le retour au pays des prisonniers et des survivants, où de l'exil. Les petits enfants de la génération de 1900 doivent tourner les pages des heures très sombres de la guerre, et tracer à leur tour leur chemin dans la vie. Certains enfants vont subir les engagements extrêmes de leurs parents.

 

1999 Le crépuscule 2 tomes

 

Les parents et grands-parents doivent s'adapter à cette jeunesse  « des enfants de la paix"  sur fond de musique américaine, de liberté, de l'amour libre.

 

Période turbulente et exaltante qui impose de nombreux changements dans la société berguenoise. La période des années 1980 voit l'émergence d'une nouvelle société avec la manne pétrolière. Certains vont être ébranlés dans leurs convictions politiques, religieuses, et morales.

 

"Et le consul Frimann resurgit avec l'apparition d'un certain Varg Veum…. détective.

Et toujours la même question en clin d'oeil : Qui a tué le consul Frimann…."

Je vous rassure, grâce à sa confession révélée dans les dernières pages nous savons enfin qui a tué et pourquoi, le fameux consul Frimann…..

 

Dans le tome 2, L'auteur nous présente la filiation des premiers protagonistes, qui doivent choisir à un moment où à un autre leur destin. Les fantômes du passé ne sont jamais loin. Il faut pour certains assumer des actes dont ils ne sont pas responsables.

 

Mon avis : Six tomes d'une vaste épopée norvégienne, évidemment les noms ne sont pas toujours faciles à se rappeler, ainsi que les expressions, mais il y a des lexiques, des plans de la ville de Bergen, et des arbres généalogiques.

 

C'est très intéressant à lire, évasion garantie, beaucoup de personnages, reflet de la société, suivant les époques. Bourgeoisie, domestiques, paysans, pêcheurs, hommes de peine.

 

Les femmes dans les premiers tomes n'ont pas toujours la vie facile, pour les norvégiennes la liberté a dû être gagnée de haute lutte.

 

Le pilier de cette saga c'est Bergen, les constructions en bois qui disparaissent lors du grand incendie, les bateaux qui explosent pendant la guerre. La vie intellectuelle et naturellement les amours des protagonistes.

 

Je me suis prise au jeu de pistes que l'auteur met en place avec l'assassinat du consul, je me suis attachée à certains personnages, c'est aussi une excellente étude sociologique d'une ville, avec la reconstruction des quartiers, l'école et la religion.

 

Si vous ne reculez pas devant le nombre de tomes et de pages, je vous conseille cette lecture. Rendez-vous à Bergen….Très bonne lecture.

 

Kalou

 

Voir les commentaires

PETITS SECRETS GRANDS MENSONGES

Liane MORIARTY

Liane MORIARTY

L'histoire :

Meurtre ou tragique accident ? A la fête de l'école, quelqu'un a trouvé la mort. Mais qui est vraiment responsable du drame ? Trois femmes à la croisée des chemins, des ex-maris et leurs nouvelles épouses, des familles recomposées (ou décomposées), qui cachent tous ces redoutables petits mensonges que l'on se raconte à soi-même pour continuer à vivre…..Après le secret du mari, best-seller international, Liane Moriarty nous plonge une fois encore dans l'univers clos de ces quartiers résidentiels qui dissimulent derrière leurs jolies façades d'inavouables secrets. Avec elle, le sourire n'est jamais loin des larmes.

 

Mon avis :

 

On sait dès le début qu'il y a eu un drame, on ne sait pas qui est mort, ni de quoi, on sait juste que l'événement s'est produit lors de la fête de l'école.

 

A chaque fin de chapitre, on a les avis des différents protagonistes, l'auteur rassemble le puzzle et nous distille lentement les renseignements, on se prend au jeu.

 

On rencontre Jane, mère célibataire de Ziggy, nouvellement installée dans la petite société de Pirriwee, Madeline mère de trois enfants, dont Abigail adolescente révoltée, Céleste, très belle jeune femme mère de jumeaux.

 

Les histoires de ses trois femmes s'entrecroisent, chacune avec ses secrets et ses blessures. Les jalousies, les rumeurs vont bon train dans cette petite communauté où tout le monde se connaît, s'apprécie et se déteste.

 

L'école est le centre de toutes les tensions, les enfants, la position sociale, l'argent, la beauté sont autant d'éléments déclencheurs de ce déferlement de haine.

 

Suite à l'agression dont a été victime une petite fille, la vindicte populaire vise Jane et son fils, nouveaux venus dans la communauté.

 

Il va y avoir deux clans, mais de cette histoire d'enfants, va amener chacun à se poser des questions sur sa propre vie. Les critiques acerbes des commérages qui ne vérifient pas leur source et peuvent tuer par leur méchanceté.

 

On découvre, le terrible secret de Jane et son fils, le harcèlement à l'école et ses conséquences dramatiques, les violences conjugales et la difficulté de rompre cet engrenage infernal, la difficulté des couples recomposés. Le tout dans le huis clos d'un quartier résidentiel préservé, en bordure d'une plage de rêve.

 

Je ne m'attendais pas à la surprise de la fin du livre, Liane Moriarty est très douée pour vous emmener sur plein de pistes différentes, et vous amenez là où vous ne l'attendiez pas.

 

Ce livre m'a vraiment plu, je vous le conseille. J'avais beaucoup aimé « le secret du mari », je n'ai pas été déçue par le deuxième. Bonne lecture à vous.

 

Kalou

Voir les commentaires

MELODIE DE VIENNE

Ernst LOTHAR

Ernst LOTHAR

L'histoire :

 

Dans un immeuble cossu de Vienne, en 1888, la famille Alt occupe tous les étages. Leur titre de noblesse ? Le piano sur lequel a joué Mozart, construit par Christoph Alt, le fondateur. Des ateliers sortent encore des pièces exceptionnelles.

Une réputation qui leur impose de s'astreindre aux règles de la haute société viennoise. L'arrivée dans la famille de la trop belle Henriette Stein, d'origine juive qui plus est, sème le trouble.

La jeune femme plonge dans le tourbillon de fêtes et de création qui s'empare de la ville en cette fin de siècle. Un tourbillon où l'on percevra bientôt les fêlures du rêve austro-hongrois : le suicide du prince héritier, l'assassinat de l'archiduc suivi de la guerre de 14-18, l'essor du mouvement ouvrier, la montée du nazisme...

Le destin mouvementé de la famille Alt suivra les soubresauts de l'histoire dans un roman comparé à la critique aux Buddenbrook de Thomas Mann et à la famille Karnovski d'Israel Joshua Singer.

 

 

Mon avis :

 

Si vous aimez la petite et la grande histoire, alors n'ayez pas peur du nombre de pages et partez en Autriche à Vienne de la fin du XVIIIe siècle jusqu'en 1944 pour suivre la vie et le destin d'une famille viennoise les Alt.

 

 

La vie, le quotidien, les amours de cette famille et de leurs descendants, et de sa maison qui est le pilier central de ce roman.

 

 

Les personnages qui traversent cette belle histoire, aiment, se détestent, vivent, survivent au gré de la grande histoire. Les intrigues qui y naissent et s'y concluent avec des personnalités pas faites pour s'entendre.

 

 

Henriette qui épouse Franz, d'origine juive, élevée dans une éducation libérale, n'est pas acceptée par la famille Alt. Henriette qui croyait que la vie ne devait être qu'une garantie de plaisirs, de bals, de concerts.

 

 

La famille Alt est prise dans le tourbillon de la grande histoire, elle subit les splendeurs et les déclins de l'empire "austro-hongrois".

 

 

Nous croisons au hasard des pages la grande histoire, le dernier empereur François-Joseph, l'assassinat de l'impératrice la légendaire « Sissi », le suicide de l'héritier Rodolphe, les derniers soubresauts de la famille Habsbourg.

 

 

Tous les événements dramatiques du début du 19e siècle qui vont amener la Première Guerre Mondiale, l'éclatement de l'empire "austro-hongrois", l’effondrement de cette Europe et la nouvelle répartition des frontières sous la poussée des peuples réclamant leur indépendance.

 

 

A la fin de la Première Guerre Mondiale, tout a changé, la république est proclamée, la jeunesse est dévastée par cette guerre, la découverte d'une nouvelle vie intellectuelle à Vienne, la montée dans un premier temps du communisme, puis du nazisme et de la libération de la femme

 

 

Toute cette vie entre les deux guerres va profondément changer la vie des autrichiens puis ce sera "l’Anschluss".

 

 

Ce roman est un éloge funèbre à un certain art de vivre, de la douceur de la vie viennoise, la façade baroque des maisons, les Strauss, les valses. Mais les hommes qui protégeaient la tradition autrichienne manquaient de chaleur humaine.

 

 

J'ai beaucoup aimé ce livre, car il mélange une saga familiale avec la grande histoire, qui a modifié profondément l'Europe. C'est passionnant on s'attache aux personnages plus où moins suivant nos goûts.

 

 

Allez chers amis (es) de notre blog,  partez pour l'Autriche avec une belle valse de Strauss en fond musical…...Bonne lecture à vous.

 

Kalou

 

 

Voir les commentaires

Passeuse d'âme - tomes 1 et 2

Lyn A Lewis
Lyn A Lewis

Lyn A Lewis

L'histoire:

 

Je m'appelle Erine Homes. Je tiens une petite boutique d'ésotérisme. J'ai un meilleur ami qui s'appelle Ian et j'essaye de mener une vie normale. Je dis bien essayer car cela est plus compliqué qu'il n'y paraît.

 

Ma famille a un don, ou serait-ce une malédiction. Et en digne héritière que je suis, j'ai un don aussi. Je suis un aimant à âme. Alors que les membres de ma famille marchent à la limite du bien et du mal, j'ai décidé de me servir de mon don à de bonnes fins. J'aime les humains qui sont "hantés" par une âme récalcitrante.

 

Et je dois dire que, pour le moment, ma petite vie est plutôt calme. Jusqu'au jour où mon chemin va croiser celui d'un homme à l'aura particulière.

 

Cette rencontre va changer ma vie et faire de moi une passeuse d'âme. Et là, sans vouloir faire de vilain jeu de mot, ce fut le début de la fin....

 

Mon avis:

 

J'ai eu la chance de recevoir en cadeau une kindle.

 

Certains ebooks m'étaient inaccessibles avec ma kobo. Grâce à ma kindle, j'accède à la librairie qui me permet d'emprunter certains romans, une sorte de bibliothèque de ville version 2.0.

 

Vivant à la campagne, j'ai très difficilement accès à une bibliothèque. Aussi, j'ai sauté sur l'occasion. Au gré de mes pérégrinations kindlesque, je suis tombée sur le tome 1 de Passeuse d'âme de Lyn A Lewis. Ayant eu des critiques plutôt positives, je me laisse tenter.

 

Et c'est ainsi que je me suis retrouvée à enchaîner les tomes 1 et 2. J'ai été tellement prise dans l'histoire que j'ai voulu connaître la suite sans plus attendre.

 

C'est pour cela que j'ai décidé de faire une chronique commune pour vous présenter ces deux tomes.

 

L'histoire débute, dans le tome 1, avec Erine Homes, descendante d'une famille ancienne aux pouvoirs importants, et ayant le don d'attirer les âmes comme un aimant. Choisissant de mettre ses talents aux services des autres, elle aide les gens en enfermant les âmes les plus sombres et dangereuses.

 

Sa route va croiser un homme énigmatique et sa vie va basculer. Elle va devoir affronter sa famille, qui n'a rien d'idyllique, et se battre pour sa survie. Elle va ainsi devenir Passeuse d'Ame, sous la houlette d'un formateur.

 

A partir de là, tout va s'enchaîner à une vitesse vertigineuse.

 

Sa vie est réglée mais une simple personne va tout chambouler. Une aura déboussolante, une présence particulière: Clayton. La transformation d'Erine en passeuse d'âme est une étape conséquente dans sa vie, qui ne sera pas sans conséquence.

 

J'ai été prise immédiatement dans le tourbillon Erine Homes. Ce petit bout de nana, un peu spécial mais trop attachant, nous emmène dans une aventure sans limite. Elle vient d'une famille très particulièrement, elle doit vivre avec un don dérangeant mais utile pour les autres. Elle préfère la solitude pour vivre tranquille.

 

J'adore tout ce qui touche aux esprits, au passage des âmes dans l'autre monde, au fragile équilibre qui régit le monde.

 

L'histoire a été très bien pensée et imaginée. L'enchaînement est logique et se fait naturellement. La trame est bien installée et maitrisée. J'ai trouvé beaucoup de talent chez cette auteure, digne des romancières célèbres dans le même genre.

 

Après avoir tourné la dernière page de ce tome 1, très bien écrit, je n'ai pas pu m'empêcher de commencer le tome 2. Je ne pouvais laisser ainsi mon héroïne, sans savoir ce qui allait se passer par la suite.

 

Et ce tome 2 est riche en rebondissement, vous pouvez me croire. Nous allons en apprendre plus sur la famille d'Erine et ce démon qui lui court après afin de pouvoir la ramener auprès de lui.

 

Ce second tome est une bataille acharnée, d'une part pour Erine afin de ne pas perdre son identité et sa vie, mais également pour les passeurs pour continuer à acheminer les âmes du mort dans le royaume de l'au-delà.

 

Une révolte couve et le pire est à craindre.

 

Le rythme est soutenu, aucun répit n'est possible. Nous sommes embarqués en plein coeur du conflit. Nous vibrons à l'unisson avec Erine, dont la situation a quelque peu évolué d'ailleurs.

 

Mais je n'en dirai pas plus pour laisser planer le suspens et vous inviter à vous dépêcher de les lire.

 

Ce second tome ouvre de nouvelles voies possibles pour une suite je vous le dis d'emblée.

 

Erine devient de plus en plus forte et se révèle un atout de poids pour le monde, que ce soit des vivants que des morts. Elle va affronter le démon qui la poursuit, Clayton et ses mensonges, sans oublier sa famille.

 

Elle va grandir et montrer à tous ce qu'elle vaut.

 

Les personnages secondaires, que j'ai retrouvé avec plaisir dans le second tome, sont tous aussi attachants qu'Erine et ont une place importante dans l'histoire.

 

Que ce soit son meilleur ami ambulancier, qui est un vrai roc pour elle, Clayton qui sera un allié malgré ses mensonges ou encore Noah, le Dieu de la Mort qui va lui révéler son passé, ils ont tous un rôle à jouer à ses côtés.

 

Je suis vraiment fan de cette série, dont j'attends le tome 3 avec maintenant beaucoup d'impatience.

 

Je profite de cette présente chronique pour parler un peu de l'auteure. Ceux qui me lisent savent que j'adore lire des auteurs qui débutent et s'auto produisent pour se faire connaître.

 

C'est le cas de Lyn A Lewis, dont je vous invite à découvrir le blog très sympa et à en apprendre plus sur cette nana vraiment top: http://www.lynlewis.fr/

 

Son univers est passionnant et se reflète dans ses deux romans. On ne s'ennuie pas une minute avec Erine. Son attitude peut parfois lui donner un petit côté hautain mais qui se retrouve vite effacé par son humanité et sa grandeur d'âme (sans vilain de jeu de mot bien sûr).

 

En résumé, je dirai ces quelques mots.

 

Je suis véritablement ravie de cette découverte littéraire faite par hasard. L'univers de ces livres me plait beaucoup et l'histoire m'a charmée. L'écriture est très belle et le style est soutenu. Je n'ai ressenti aucune lourdeur, ni ennui.

 

Le ton est donné pour nous tenir en haleine jusqu'aux dernières pages et la fin m'insuffle la pensée suivante: à quand le 3ème tome????

 

Allez découvrir cette jeune auteure qui mérite d'être connue.

 

Très bonne lecture à tous

 

Marjorie

Voir les commentaires

Cruel redoux

JH Roch

JH Roch

L’histoire :

 

Alex et Kevin, jeune couple de 17 et 21 ans, s’installent dans le petit village de Sainte-Uralie-Springfiled situé à 4 kilomètres de la frontière entre l’Amérique du Nord et le Canada. Elle est prostituée et il est son mac.

 

Les gens du village ne voient pas d’un très bon œil l’installation de ce couple dans la maison jaune, la plus célèbre de ce village.

 

Qui aurait pu prédire les bouleversements engendrés par leur arrivée ?

 

Quand le passé et le présent se mêlent, c’est le début de la fin.

 

Mon avis :

 

J’ai découvert l’auteur grâce à un célèbre réseau social qui, un beau jour, m’a invitée à découvrir son monde littéraire.

 

C’est la première fois que je lis un roman mêlant français, anglais et québécois. Aussi, je vous conseille d’avoir avec vous un petit lexique que vous trouverez sur le site de l’auteur ou de prendre directement attache auprès de JH Roch, très proche de son lectorat.

 

L’histoire débute avec l’arrivée d’un jeune couple, Alexandra et Kevin, dans un petit village tranquille. Alex a 17 ans et tapine pour le compte de Kevin, 21 ans, aussi beau que dangereux.

 

En ville, cela ne gênerait probablement personne mais ici, à la campagne, cela est mal vu, même si certains hommes en profitent.

 

De plus, Kevin part vite à la recherche d’une nouvelle proie mais va se heurter à une opposition à laquelle il ne s’attendait pas.

 

L’histoire va prendre une autre tournure quand le village tout entier va prendre position contre ce couple et que les plans de Kevin ne vont pas se dérouler comme prévu.

 

Je dois dire que j’ai très vite ressenti beaucoup de dégoût pour Kevin, qui se sert des femmes pour son propre plaisir et sa perversion n’a aucune limite. D’ailleurs, sa nouvelle proie n’a que 15 ans, l'âge d’Alex quand elle est tombée dans ses filets.

 

Alex est une jeune fille hors du commun, que la vie n’a pas épargné mais très intelligente. Trop pour Kevin d’ailleurs, qui fait en sorte de la garder dans un univers sombre et teinté de drogue pour en faire ce qu’il veut.

 

L’histoire va évoluer d’une drôle de façon et prend une sacrée tournure, la rendant d’autant plus addictive.

 

J’ai vraiment adoré ce roman et son ambiance. Les personnages sont attachants et touchants. Les femmes vont se révéler particulièrement fortes et combattives, comme je les aime. Cruel redoux, c'est un combat. Celui d'une jeune fille qui va remonter la pente et prouver à tout le monde qu'elle est quelqu'un de bien et de combattif, qui force l'admiration des autres tant sa détermination est à l'image de la générosité des femmes de cette histoire.

 

Ce roman mérite d’être lu et est très bien écrit. La plume est agréable à lire, sans trop de lourdeurs ni ennui. Le rythme est soutenu et chaque description a son intérêt. L’histoire est bien établie et se déroule sans accroc.

 

Ce fut une très belle découverte et j'ai hâte de lire la suite des aventures d'Alex et de Sainte-Uralie-Springfield.

 

Marjorie

Voir les commentaires

LE PURGATOIRE DES INNOCENTS

Karine GIEBEL

Karine GIEBEL

L'histoire :

 

Je m'appelle Raphaël, j'ai passé quatorze ans de ma vie derrière les barreaux.Avec mon frère, William , et deux autres complices, nous venons de dérober trente millions d'euros de bijoux. C’aurait dû être le coup du siècle, ce fut un bain de sang. Deux morts et un blessé grave.

 

Le blessé, c'est mon frère. Alors, je dois chercher une planque sûre où Will pourra reprendre des forces.

 

 

Je m'appelle Sandra.

Je suis morte, il y a longtemps, dans une chambre sordide.

Où plutôt, quelque chose est né ce jour-là….

Je croyais avoir trouvé le refuge idéal.

Je viens de mettre les pieds en enfer.

Quelque chose qui marche et qui parle à ma place.

Et son sourire est le plus abominable qui soit…

 

 

 

Mon avis :

 

Ma fille (ma comparse de blog) m'a fait découvrir Karine Giebel. J'ai déjà lu « De force, Juste une ombre, Les morsures de l'aube ». J'avais trouvé la lecture quand même assez difficile, mais là, il faut avoir le cœur bien accroché.

 

 

Tout débute par un braquage place Vendôme, exécuté par Raphaël et William, les deux frères, Fred et Christel (pas bien du tout dans sa tête la petite). Ça tourne mal : policiers gravement blessés, William très salement amoché. Notre quatuor s'enfuit, traverse notre belle campagne profonde et se retrouve à prendre en otage Sandra, vétérinaire de son état.

 

 

Là on pénètre déjà dans l'antre du diable. Sandra soigne William sous la contrainte et commence à jouer un jeu très bizarre et pervers avec les membres du commando de braqueurs. Elle dit être mariée à un gendarme qui, à l'heure actuelle, est en déplacement.

 

 

L' attente commence.

 

 

Parallèlement, on suit un homme qui traque deux collégiennes insouciantes, comme on peut l'être à cet âge. Les deux filles sont enlevées et séquestrées dans sa tanière.

 

 

Et c'est là que l'histoire prend toute son ampleur. Patrick rentre chez lui, découvre les braqueurs installés dans sa maison. Dans le même temps « Aurélie et Jessica » se retrouvent victimes du pire genre de criminel existant un pédophile.

 

 

Quel lien peut-il exister entre ces jeunes filles et nos braqueurs, quelle alchimie va sortir de cette histoire. Qui sont « Sandra et Patrick » ?

 

 

Cette histoire se déroule dans un huis-clos étouffant, dans lequel la vie de nos protagonistes est dévoilée. Les fêlures de chacun, leurs craintes, leurs espoirs, leurs envies les plus secrètes, tout sera mis à nu.

 

 

On ne peut que s'attacher à Raphaël, braqueur aux nombreuses années de prison mais au « code d'honneur » qu'il respecte, sans oublier son amour inconditionnel pour son petit frère William.

 

 

Je ne parle même pas de mon ressenti vis à vis "d'Aurélie et Jessica", pauvres petites victimes d'un cerveau dérangé. On se demande d'ailleurs à la fin du livre comment une jeune fille peut arriver à rebondir après de telles épreuves.

 

 

Depuis que ma fille m'a demandé de participer à ce blog, je me refuse à avoir des avis trop tranchés, car chaque livre, chaque histoire est une découverte. j'ai soit aimé passionnément ou moyennement, mais je pars toujours du principe qu'il y a autant de lecteurs que de livres, et qu'il en faut pour tous les goûts.

 

 

 

Pour ce livre, j'ai eu du mal, car le sujet traité est, pour moi, difficile à lire. Je n'ai pu m'empêcher de faire le parallèle avec certaines tristes affaires du passé. . On ne sait trop bien que dans le monde, ces gens existent et malheureusement l'essor des nouvelles technologies permet de nouveaux terrains de jeux.

 

 

Mais doit-on décrire dans un « livre policier » avec tant de complaisance toutes les tortures subies par ces deux gosses ? C'est la question que je me suis posée.

 

 

Je ne mettrai pas ce livre, entre toutes les mains, cela ne m'empêche pas de considérer Karine Giebel comme un écrivain de grand talent, je suis ravie que ma fille m'ait engagée à la lire.

 

Kalou

 

Voir les commentaires

NOS ÂMES LA NUIT

Kent HARUF

Kent HARUF

L'histoire :

Addie, 75 ans, veuve depuis des décennies, fait une étrange demande à son voisin, Louis : voudrait-il bien passer de temps à autre la nuit avec elle, simplement pour se parler, se tenir compagnie ? La solitude est parfois si dure....Bientôt bravant les cancans de la petite ville de Holt où ils vivent depuis toujours Addie et Louis se retrouvent presque chaque soir. Ainsi commence une belle histoire d'amour, lente et paisible, faite de confidences, chuchotées dans le noir, de mots de réconfort et d'encouragement. Mais très vite, les enfants d'Addie et de Louis s'en mêlent, par égoïsme et, surtout, par peur du qu'en-dira-t-on.

Ce livre testament, publié quelques mois après la mort de l'auteur est une célébration de la joie, de la tendresse et de la liberté. De l'âge aussi, qui devrait permettre de s'affranchir des conventions pour être heureux tout simplement.

 

Mon avis :

 

Que c'est bon un livre comme cela, c'est fait un bien fou au moral, un grand moment de fraîcheur. Ils veulent être heureux, vivre quelques instants de bonheur, dormir ensemble, se parler, et surtout beaucoup de tendresse.

 

Mais voilà dans une petite ville, où tout le monde se connaît, où les rumeurs et les ragots dominent, où la jalousie fait des ravages, peut-on vivre sa vie comme on l'entend ?

 

Et puis surtout les enfants, leurs chers enfants à tous les deux, surtout le fils d'Addie (Gene) dont la vie fait naufrage aussi bien professionnelle que personnelle se mêlent de cette histoire.

 

Avec un seul désir mettre fin à cette complicité, Gene se permet de faire une leçon de morale à sa mère et surtout d'exercer sur elle un chantage particulièrement pénible en y mêlant son petit garçon de six ans Jamie.

 

J'avoue que par moments, j'avais envie de dire "mais de quoi je me mêle...." Je comprends la réaction d'Addie qui s'est attachée à son petit-fils si malheureux entre des parents qui se déchirent et si jeune donc ne peut se défendre et donner son avis.

 

Donc Addie cède au chantage de son fils et promet de ne plus voir Louis. Car de la part de Gene, il y a la peur, si sa mère se remarie il risque de ne pas récupérer tout l'argent, et il envie le bonheur d'Addie et de Louis.

 

J'ai aimé ce livre, très poétique et très joyeux de ces deux êtres qui n'ont pas été vraiment heureux dans leur vie conjugale respective, d'assister à leurs escapades avec Jamie et la petite chienne, le camping et leur sentiment de liberté, et de pouvoir tout se dire sans pudeur.

 

Il est fort dommage à notre époque, nous sommes au 21eme siècle quand même, et à leur âge, "qu'on" les empêche d'être heureux.

 

La lecture de ce livre va peut-être permettre à certains enfants d'admettre que leurs parents âgés, puissent avoir envie d'être autre chose que de respectables grands-parents.

 

Ce livre est un hymne à l'amour et à la liberté, un peu de lenteur dans ce monde de brutes, et puis aussi à la tolérance, changer notre regard par rapport à la vie de nos parents ou grands-parents. Je vous souhaite une très bonne lecture en compagnie d'Addie et de Louis, c'est un merveilleux moment d'humour et d'amour.

 

Kalou

 

 

Voir les commentaires

LES VIVANTS ET LES MORTS

Nele NEUHAUS

Nele NEUHAUS

L'histoire :

Au coeur de l'hiver, une vieille dame est tuée d'une balle dans la tête tandis qu'elle promène son chien dans un parc de la banlieue de Francfort. Trois jours plus tard, une autre femme est abattue avec la même arme à travers la fenêtre de sa cuisine, alors qu'elle est en plein préparatifs de Noël. L'officier de police judiciaire Pia Kirchkoff comprend qu'elle peut dire adieu à son voyage de noces en Equateur : son collègue Oliver Von Bodenstein va avoir besoin d'elle. Les victimes n'avaient apparemment aucun ennemi. Pourquoi : alors fallait-il qu'elles meurent ? Ont-elles été choisies au hasard ? Lorsque d'autres morts surviennent, la peur se répand dans la population face à celui que la presse a déjà surnommé "Le sniper de Taunus". Pia et Oliver tentent désespérément de déterminer le mobile de celui qui s'est autoproclamé "le juge". En priant secrètement qu'il y en ait un, parce que rien n'est plus imprévisible qu'un homme qui tue sans discernement. Lorsque, aiguillés par les énigmatiques messages du meurtrier, les deux enquêteurs élargissent le champ de leurs investigations aux proches des victimes, ils mettent à jour une terrible tragédie humaine aux ramifications complexes.

 

Mon avis :

 

J'ai déjà lu cet auteure et j'ai retrouvé avec un grand plaisir son duo d'enquêteurs de choc. Et comme à chaque fois, j'ai passé un très bon moment.

 

Quand on commence ce livre, on est pris dans un tourbillon de recherches et d'indices, car Nele Neuhaus est une grande spécialiste de nous entraîner sur beaucoup de pistes dans de multiples directions.

 

Plusieurs entrées dans cette affaire complexe, des meurtres avec des victimes qui n'auraient rien de commun ensemble. Une femme assassinée pendant une promenade, une autre dans sa cuisine. On suit d'un côté l'enquête très difficile de notre duo et on assiste à la préparation minutieuse des assassinats, avec un sang froid assez glaçant, en se demandant bien qui ça peut être.

 

L'atmosphère est très étouffante, le milieu médical du don d'organes avec toutes les dérives possibles aussi bien financières, que la gloire et la renommée pour les chirurgiens qui exercent dans ce domaine.

 

Le sniper qui s'arroge "en juge vengeur", distille la peur, par ses messages adressés aux parents des victimes, sème la confusion dans la ville en pleine préparation de Noël. C'est une terrible vengeance.

 

Fausses pistes, retours en arrière, hésitations et interrogatoires. Pas de temps mort, le rythme est soutenu. Comme d'habitude il faut attendre les dernières pages pour savoir qui est le tueur et pourquoi cette frénésie d'assassinats.

 

C'est bien construit. Au duo d'enquêteurs habituels, vient s'ajouter un expert, qui sait mieux que tout le monde et se permet de critiquer l'équipe, ce qui va plomber l'ambiance et faire perdre son sang-froid au flegmatique Oliver Von Bodenstein.

 

Dans chacun de ses livres, Nele Neuhaus va au-delà du policier avec ses meurtres et ses énigmes pour nous mettre face à des questions très importantes de notre société, cette fois-ci "les dérives du don d'organes".  Bonne lecture à vous.

 

Kalou

Voir les commentaires

JE SUIS INTERDITE

Anouk MARKOVITS

Anouk MARKOVITS

L'histoire :

En Transyvanie où ses parents ont été massacrés sous ses yeux en 1939 par la Garde de Fer roumaine, le petit Josef aide Mila orpheline comme lui, à trouver la famille Stern, qui accueille la fillette. Les Stern s'installent à Paris, après la guerre et élèvent Mila et Atara, leur aînée. Tandis qu'Atara refuse les contraintes du fondamentalisme juif, Mila vit sa foi avec bonheur. Devenue une jeune femme, Mila rejoint Josef à New York, où leur mariage est arrangé. Ils vont vivre une magnifique histoire d'amour que la seule la transgression de Mila viendra ébranler. Roman vibrant construit autour de rapports conflictuels entre la foi et l'amour. "Je suis interdite" nous fait pénétrer, à travers quatre générations, un univers qui nous est inconnu.

 

Mon avis :

 

Ce n'est pas une lecture facile, mais c'est un grand livre merveilleux, car l'auteure est très respectueuse de ses origines, elle ne juge pas, ne critique pas, elle nous raconte une très belle histoire.

 

De 1939 à nos jours, nous suivons le quotidien, l'éducation et les traditions d'une communauté de juifs hassidiques, qui vivent dans le respect absolu et la lettre des textes sacrés.

 

De Transylvanie pendant la guerre, en passant par la France et aux Etats-Unis, l'auteure nous raconte leur histoire, le génocide et les survivants. Et plus particulièrement de Mila, Josef et Atara.

 

Mila qui se fond avec bonheur et sans aucun questionnement dans cette vie, accepte d'arrêter ses études et attend son mariage organise par la communauté.

 

Atara la rebelle, veut continuer à apprendre, avoir un métier, elle lit beaucoup et des livres interdits, découvre à Paris la bibliothèque St Geneviève. Atara se pose des questions, elle veut évoluer, et remet en cause cette vie qu'on veut lui imposer.

 

Et d'ailleurs, quelque temps après le mariage de Mila, Atara choisit de s'enfuir, de quitter la communauté, pour sauver sa vie, mais qui pour elle, va être ressenti comme un violent traumatisme.

 

Bientôt le mariage de Mila et de Josef est organisé à Willamsburg quartier de New York occupé par une importante communauté hassidique. Ils y vivent heureux dans le strict respect de la loi et des études de la religion. Mais Mila n'arrive pas à être enceinte et au bout de dix ans de mariage sans enfant, un juif a le droit de divorcer.

 

C'est là que Mila va désobéir à toutes les lois qui régissaient sa vie. Cette violation au respect des codes aura raison de son couple.

 

Cette une histoire sur l'enfance, le conditionnement, le poids terrible des traditions qui poussent à la faute, l'intolérance et les choix de vie.

 

Un monde fait de lois à ne pas transgresser, où l'on ne peut s'interroger, un monde de rigueur, de pureté, de soumission et si les lois ne sont pas respectées, on risque l'exclusion. 

 

La pression sur la femme qui ne peut enfanter est terrible.

 

Josef est un homme très seul, il vit avec ses peurs, je le trouve très touchant dans ses contradictions et ses souffrances. 

 

J'ai cependant un regret, on suit la vie de Mila et de Josef et ensuite leur fille et ses enfants, mais on ne sait rien de la vie d'Atara la rebelle, qui quitte sa communauté, on a des bribes de sa vie à la fin du livre et je trouve cela dommage.

 

C'est une excellente lecture, qui m'a permis d'approcher un monde, une culture qui m'était totalement inconnu. Une très grande découverte. Bonne lecture à vous.

 

Kalou

Voir les commentaires

ARRÊTE AVEC TES MENSONGES

Philippe BESSON

Philippe BESSON

L'histoire : Quand j'étais enfant, ma mère ne cessait de me répéter : "Arrête avec tes mensonges." J'inventais si bien les histoires, paraît-il, qu'elle ne savait plus démêler le vrai du faux. J'ai fini par en faire un métier. Je suis devenu romancier. Aujourd'hui, voilà que j'obéis enfin à ma mère : je dis la vérité. Pour la première fois. Dans ce livre. Autant prévenir d'emblée : pas de règlement de compte, pas de violence, pas de névrose familiale. Mais un amour, quand même. Un amour immense et tenu secret. Qui a fini par me rattraper.

 

Mon avis : Depuis que j'ai découvert cet auteur, j'aime ses livres et je les dévore dès leur sortie. A chaque fois, que je lis Philippe Besson, j'ai l'impression de voir un tableau d'Edward hopper, pour sa description d'une certaine solitude.

 

Cette fois-ci l'auteur nous raconte son premier amour. Dans la France des années 80 en province, où il devait être difficile de pouvoir vivre pleinement sa sexualité différente. C'est la rencontre entre deux garçons au lycée, l'un fils du directeur d'école et Thomas le fils de paysans.

 

Philippe lui assume sa différence sans peur, ni honte, mais il n'en est pas question pour Thomas, cet amour doit rester secret. Philippe en ressent une immense frustration de devoir dissimuler leur histoire.

 

Les rencontres, où ils s'aiment vite et fort, les premiers émois physiques et surtout l'insupportable attente entre deux rendez-vous.

 

Philippe Besson décrit très bien le manque de l'autre, de sa peau, l'absence qui s'enveloppe de silence. La tristesse, la privation de l'être aimé qui amène une forme de folie, comparable au manque de drogue : "L'autre devenu inaccessible".

 

Cette histoire va finir, après le bac. Philippe va suivre la route tracée pour lui, intégré une prépa HEC à Bordeaux, et effacer Thomas.

 

En 2007, vingt ans après, Philippe rencontre Lucas le fils de Thomas et apprend ainsi sa vie, son mariage, la naissance de son fils, mais Philippe ne cherche pas à contacter son premier amour car les années ont passé.

 

En 2016, un courrier de Lucas, demandant à le voir, et ainsi Philippe apprend la mort de son premier amour. Thomas s'est suicidé, Lucas lui apprend qu'un jour son père a décidé de changer de vie, il quitte la maison, sa ferme, renonce à ses droits à l'héritage, demande le divorce.

 

Une façon très radicale de se débarrasser du fardeau, d'éradiquer le passé, de solder les comptes. Pendant huit ans pas de nouvelles, puis le retour. Lucas attend vainement des explications, que son père ne lui donnera pas, mais grâce à des lettres, son héritage, Lucas pourra mieux cerner la vie de son père.

 

On dit toujours que l'on n'oublie jamais son premier amour. Je vous souhaite une très bonne lecture.

 

Kalou

Voir les commentaires

1 2 > >>