Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

LE JARDIN DES "BRUMES DU SOIR"

Tan Twan Eng

Tan Twan Eng

L'histoire : Quelques années après la Seconde Guerre mondiale, la juge Teoh Yun Ling rend visite à l'ancien jardinier de l'empereur du Japon dans les montagnes de Malaisie.

 

 

Elle vient honorer la promesse faite à sa sœur morte dans les camps japonais : créer un jardin à sa mémoire, « le Jardin des Brumes du Soir ». Tandis que l'insurrection communiste fait rage dans le pays, des liens se nouent entre ces deux êtres, le maître et l'élève, que la vie aurait dû irrémédiablement séparer.

 

 

 

 

 

Roman de l'affrontement entre la barbarie et la civilisation,

« Le Jardin des brumes du Soir »

est une véritable quête identitaire

et poétique qui résiste au chaos de la guerre. Roman initiatique.

Tan Twan Eng est né à Penang, en Malaisie.

 

 

Mon avis : Ce n'est pas un «polar historique » mais ce roman est magnifique, si vous aimez le thé, l'histoire de la Seconde Guerre Mondiale, et les jardins japonais.

 

 

Mais je dois vous prévenir,  il y a certaines longueurs dans les descriptions des paysages ou de certaines traditions.

 

 

 

Je dirais que cette histoire se déguste avec une bonne tasse de thé, un après-midi d'hiver dans un fauteuil confortable. 

 

 

Ce roman est construit comme un jardin japonais, avec ses pierres érigées qui permettent de tout organiser et dont l'alignement ou le positionnement donnent un centre, un coeur au jardin, car ces pierres ont une âme, autour desquelles s'organisent votre promenade, et plus on avance, plus l'on découvre de nouvelles perspectives, et des secrets à élucider.

 

 

L'héroïne du livre Yung Ling chinoise du détroit élevée dans la langue anglaise est internée pendant la guerre avec sa sœur dans un camp. Celle ci va se retrouver « au service des japonais » et ne va pas survivre.

 

 

Yun Ling, rescapée de cette triste période, revient dans la région de « Cameron Highlands » station d'altitude qui s'est développée dans la culture du thé.

 

 

 

Elle désire rencontrer Aritomo spécialiste de la création de jardins japonais, qui vit depuis très longtemps en Malaisie, il a été « jardinier de l'empereur ».

 

 

Elle lui demande de créer un jardin à la mémoire de sa sœur, mais il refuse et lui propose de devenir son apprentie, pour lui apprendre son art, qu'elle puisse créer ce jardin.

 

 

Nous naviguons dans plusieurs époques, des retours en arrière, des épisodes successifs, entre le camp japonais, et des personnages très différents, Cameron Highlands la plantation de thé Majuba Magnus et son épouse Emily, son neveu Frédérik, Aritomo et les japonais.

 

 

Enfin la période récente (autour de 1986) où Yun Ling, juge à la Cour Suprême prend une retraite anticipée. Car elle veut, avant que la maladie neurologique dont elle souffre ne la prive de sa mémoire et de sa capacité à restaurer le jardin dans sa splendeur passée, après le décès d'Aritomo.

 

 

Un peu d'histoire : Le Japon envahit la Malaisie à la date de Pearl Harbour (décembre 1941), les militaires et fonctionnaires anglais se replient sur Singapour réputé imprenable. Les 30 000 japonais du général Yamashita obligent les 85 000 britanniques à se rendre le 15 février 1942.

 

 

Après la guerre, Yun Ling, au tribunal des crimes de guerre, essaie de retrouver la localisation du camp où sa sœur est morte et poursuit les tortionnaires japonais. La Malaisie et Singapour ont beaucoup souffert de l'occupation.

 

 

Tous les personnages de cette histoire, vivent des événements dramatiques, et gardent en eux une zone d'ombre qui n'est révélée que très progressivement.

 

 

Aritomo est connu pour ses talents de création

du « paysage emprunté ».

 

Le jardin est le symbole de nos âmes et les « paysages empruntés » sont au fond notre histoire personnelle.

 

 

Un jardin est dans la nature une des choses les plus artificielles et artistiques que l'on puisse concevoir comme un roman.

 

 

Ainsi page 195 « Un jardin emprunte à la terre, au ciel et à tout ce qui l'entoure, mais vous, vous empruntez au temps…..Vous incluez (vos souvenirs) dans votre vie pour qu'elle paraisse moins vide. Comme les montagnes et les nuages au dessus de votre jardin, vous pouvez les contempler mais ils seront toujours hors de votre portée »…

 

 

Le ton est plat et dénué de débordements d'émotions, Tan Twan Eng sait créer un climat, varier descriptions, images et symboles. Les passages sur les paysages sont sublimes.

 

 

Le personnage de Yun Ling peut étonner par sa froideur, mais on ne se remet pas d'un camp japonais. J'ai été très étonnée de ses rapports amoureux avec Aritomo. Le thème de la mémoire, de l'impossibilité du pardon est bien traité.

 

 

Aritomo qui ne s'excuse jamais de ce qu'ont fait les japonais, Yun Ling ne peut pardonner, mais elle dut se battre pour maintenir son intégrité et son identité. Leur destin à tous les deux ne pourra échapper à leur passé.

 

 

J'ai eu du mal à écrire cette rubrique, ce livre est passionnant pas facile à lire j'en conviens.

 

 

je voulais faire passer un message dans cette rubrique, vous amenez peut-être à partir à la découverte de ce merveilleux jardin dans cette belle région de Malaisie.

 

 

Si vous avez le courage de partir un jour pour « Brumes du soir » vous reviendrez de votre promenade avec une certaine sérénité, tout du moins je vous le souhaite.

 

 

Si vous suivez mon conseil et vous lancez dans cette aventure, n'hésitez surtout pas à me donner votre avis. Pour ceux qui ont le bonheur d'avoir un jardin, je suis sûre que vous ne le verrez plus du même œil. Très bonne lecture à vous.

 

Kalou